Annoncée depuis plusieurs semaines par de nombreux experts, la vague de contaminations au nouveau coronavirus sur le continent africain semble avoir été évitée. Pourquoi les pays africains, dont l'écrasante majorité ont un système de soins archaïque, ont a priori échappé au scénario catastrophé prédit par les spécialistes ? 

En effet, depuis le 14 février, date de l'apparition du premier cas de coronavirus en Afrique, plus précisément en Égypte, les experts n'ont pas cessé de prédire un scénario cataclysmique sur le continent. Un continent qui accuse déjà un manque criant d'infrastructures de santé mais aussi de moyens humains et matériels. Tandis que les pays européens sont violemment frappés par la pandémie, le continent africain, appelé à se préparer au pire, n'a toujours pas vu venir ce cataclysme annoncé.

L'Afrique est le continent le moins touché par le virus. L'Algérie est le pays qui déplore le taux le plus élevé de mortalité liée à l'épidémie. Elle est suivie de l'Égypte, du Maroc et de l'Afrique du sud. Cela dit, le manque flagrant de tests de dépistage pourrait fausser les statistiques de la propagation du coronavirus. Néanmoins, il y a d'autres facteurs non-négligeables qui peuvent apporter des éclaircissements à ce sujet.

Quelles sont ces raisons qui font de l'Afrique une exception ?

Alors que la pandémie s'est propagée à grande échelle en Europe, les pays africains ont anticipé l'avancée du virus, en appliquant des mesures d'hygiène et un confinement stricts. Aussi, le continent est faiblement peuplé. Sa densité démographique est estimée à 43 habitants par kilomètre carré (contre 181 en Europe), ce qui pourrait expliquer le faible taux de contamination.

À lire aussi :  Patrimoine : Les Français plus riches que les Américains et les Allemands

Par ailleurs, le continent africain possède une pyramide d'âge beaucoup plus jeune. En effet, 60% de la population est âgée de moins de 25 ans. Or, à la lumière du bilan mondial des décès, les personnes âgées sont les plus exposées au risque de mortalité par le coronavirus. Dans le même contexte, l'Afrique, comparée à l'Europe et à l'Amérique, reste un continent peu touristique (sur 50 plus grands aéroports du monde, elle n'en possède qu'un seul).

L'Algérie, l'Égypte et l'Afrique du sud, les pays les plus exposés

Depuis l'apparition du nouveau coronavirus en Égypte, premier foyer d'infection sur le continent africain, de nombreux spécialistes avertissent contre une forte propagation du virus sur le continent noir. L'Algérie, l'Égypte et l'Afrique du Sud représentent trois points d'entrée principaux de la pandémie vers l'Afrique. En effet, l'Algérie, l'Égypte et l'Afrique du Sud sont les trois pays africains les plus exposés à la contamination par le Covid-19. Cependant, les mesures prises par ces trois pays pourraient faire éviter la catastrophe.

L'Afrique doit se préparer à d'autres menaces

En raison de la fermeture des frontières, des mesures de confinement et de la hausse des prix des denrées alimentaires, le nombre des personnes menacées par la famine pourrait tripler en trois mois, alertent les Nations unies. Ceci en sus de l'invasion des criquets pèlerins qui font des ravages en Afrique de l'Est (200 000 hectares de terres agricoles ont été dévastés), où un million de personnes ont besoin en urgence d'aides alimentaires. Par ailleurs, les compagnes de vaccination contre la polio et la rougeole ont été suspendues à cause du coronavirus, ce qui fait craindre d'autres menaces sur la santé publique.

À lire aussi :  France : Voici les meilleures villes étudiantes 2022

Lire aussi : Covid 19 et sécurité alimentaire : La Banque mondiale tire la sonnette d'alarme