De nombreuses associations estudiantines d'Algériens de France ont lancé, en ce mois de ramadan, des actions d'aide au profit de leurs compatriotes en difficulté financière. Ces Algériens sans ressources sont impactés par les mesures de prévention instaurées pour lutter contre le coronavirus dans l'Hexagone. 

En effet, les associations l'Union des étudiants algériens de France (UEAF) et Étudiants et cadres algériens de France (ECAF) se sont porté volontaires pour venir en aide à leurs compatriotes durant ce mois de Ramadan. Pour ce faire, l'ECAF a lancé une cagnotte en ligne, tandis que l'UEAF organise, en collaboration avec l'Union nationale des étudiants français (UNEF), des campagnes de distribution de denrées alimentaires.

De son côté, l'Association des Algériens des deux rives (ADDRA) a mis en place des opérations d'aides alimentaires et un dispositif de transfert d'argent offert par des donateurs à des personnes en situation de précarité. Le but est de les aider à prendre en charge leurs dépenses particulières durant le mois de Ramadan.

Des étudiants algériens en difficulté

Par ailleurs, des témoignages rapportent que la situation des étudiants algériens est particulièrement dramatique. En difficulté financière à cause de la perte de leurs emplois depuis le début du confinement, ces étudiants algériens ne sont plus en mesure de s’acquitter des différents frais (factures, loyer...) relatifs à leur séjour en France.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

« J’ai un peu honte de devoir mendier pour vivre. Mais je n’ai pas le choix. » a confié, au quotidien Liberté, Lamia, une jeune étudiante algérienne partie en France en septembre 2019 pour finaliser un master en génie mécanique. La jeune étudiante, confinée dans un studio de 20 mètres carrés, a perdu son emploi le 16 mars dernier. Elle n'arrive plus à payer la totalité de son loyer. Se trouvant dans cette situation délicate, elle se tourne vers la Croix-Rouge pour se nourrir.

Lire aussi : France : Prolongation de la validité des titres de séjour pour les Algériens