L’assemble générale ordinaire (AGO) du complexe sidérurgique d’El Hadjar a décidé, ce lundi 27 avril, de limoger le directeur général du groupe et de désigner un nouveau conseil d’administration. L’AGO évoque un déficit budgétaire record durant l’année 2019, selon un communiqué du Groupe Sider.

Le complexe sidérurgique Sider El Hadjar, le plus important en Algérie, fait face à une impasse. Le groupe est dans l’incapacité de payer une masse salariale colossale. La production annuelle n’a pas atteint les objectifs tracés, en enregistrant une nette baisse et des pertes colossales. La situation qui prévaut actuellement à l’usine ne prête pas à l’optimisme, selon les membres de l’AGO.

Ce lundi matin, les membres du conseil d’administration de l’entreprise Sider El Hadjar ont déposé une démission collective lors de l’assemble générale ordinaire. Celle-ci a annoncé la fin de fonction de l’actuel directeur général du complexe et l'élection prochaine d’un nouveau conseil d’administration.

Pour rappel, le complexe sidérurgique est à l’arrêt, en application du décret exécutif 20-69 du 21 mars 2020 relatif aux mesures de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus. Le syndicat des travailleurs est monté au créneau le 14 avril dernier, pour dénoncer l’"abus" de la direction générale qui a mis près de 85% des sidérurgistes en congé annuel au lieu d’exceptionnel.

Le représentant des travailleurs a saisi officiellement l’Inspection générale du travail, soulignant que le texte du décret dispose qu’«il est mis en congé exceptionnel rémunéré, pour la période du confinement, au moins 50% des effectifs de chaque institution et administration publique (...) A Sider El Hadjar, ils sont au moins 85%, soit plus de 4000 travailleurs, à être mis en congé annuel au lieu exceptionnel rémunéré ».

Lire aussi : Crise économique en Algérie : “Le problème est surtout et avant tout politique”