Le scientifique algérien Youcef Mahlou a révélé que la fin de la pandémie de coronavirus en Algérie est prévue pour la fin mai. Le Dr Mahlou évoque une étude statistique de l’évolution de la pandémie dans 131 pays, dont l'Algérie, rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

Le professeur-chercheur à l’université de Birmingham, en Grande-Bretagne, explique que l’étude statistique de l’évolution du Covid-19 en Algérie, depuis son apparition jusqu’au 20 avril, prévoit que 97 % des infections disparaîtront d’ici le 13 mai. Le Dr Mahlou souligne que les prévisions des scientifiques misent sur l’éradication à 99 % de la maladie le 25 mai 2020. Alors que les chercheurs s’attendent à la fin de la pandémie vers le 1er juillet 2020.

Le Dr Youcef Mahlou précise que ces prévisions sont basées sur des informations actuellement disponibles sur l’évolution de la pandémie dans chaque pays. Cependant, l’étude ne tient pas compte de l’allègement des mesures de confinement et de la réouverture des commerces dans certains pays, à l’instar de l’Algérie.

Le chercheur algérien indique également que l’étude ne prend pas en considération l’éventualité d’une deuxième vague de contamination qui pourrait surgir en cas de non-respect des règles de la lutte contre la pandémie. Il explique qu’il serait difficile, à l’heure actuelle, d’évaluer l’agressivité d’une deuxième vague et les degrés de sa propagation.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Vers un déconfinement à partir du 14 mai ?

Par ailleurs, les autorités algériennes ont annoncé, mardi, la prolongation de 15 jours de la mesure de confinement mise en place pour freiner la propagation de l’épidémie de Covid-19. L'isolement partiel est désormais valable jusqu’au 14 mai prochain. Néanmoins, plusieurs activités commerciales ont été autorisées à reprendre.

Concernant le retour à la normale, le ministre de la Santé, M. Benbouzid, a fait savoir, la semaine dernière, qu’il était encore tôt pour parler de déconfinement en Algérie. Pour lui, « il n’est pas question de déconfiner pour le moment, d’autant que le Ramadan est un mois de rencontres, de sorties, etc. Cela risque d’affecter tout le travail fait jusqu’à présent (et) ayant permis de stabiliser la situation. »

Cependant, le ministre n’a pas écarté la possibilité d’amorcer « un déconfinement progressif » si, toutefois, la situation se stabilise et d’autres foyers d'épidémie n’apparaissent pas. Cela permettrait « à l’économie de reprendre son souffle, à la population d’être moins peinée, moins gênée », estime-t-il.

Il serait, donc, probable d’amorcer un plan de déconfinement progressif à partir du 14 mai si la situation sanitaire en Algérie se stabilise davantage et que les prévisions des scientifiques se confirment.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Lire aussi : Coronavirus : L’Afrique a-t-elle échappé au pire ?