La diaspora algérienne a transféré 1.8 milliard de dollars vers son pays en 2019. L’Algérie figure dans le top 10 des pays africains ayant reçu le plus d’argent de ses immigrés. Néanmoins, les fonds envoyés l’année écoulée ne représentent que 1% du PIB national, selon un dernier rapport de la Banque mondiale. 

En effet, l’Algérie se classe à la 8e place des plus grands pays récepteurs des transferts de ses migrants  au niveau du continent africain. Elle est devancée par l’Egypte, le Nigeria, le Maroc, le Ghana, le Kenya, le Sénégal et la Tunisie. Les Algériens établis à l’étranger ont envoyé environ 1.8 milliard de dollars vers leur pays. Ce qui représente 1% du produit intérieur brut (PIB).

Il faut dire que les transferts d’argent de la diaspora algérienne ont connu une chute brutale cette année. En 2018,  l’Algérie a reçu plus de 2,157 milliards de dollars, contre 2 milliards de dollars en 2017. Les transferts d’argent vers l’Algérie étaient stables autour de 2 milliards de dollars de 2013 à 2017, selon la Banque mondiale.

Par ailleurs, l’Algérie reste à la traîne par rapport à certains pays de la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA). Au Maghreb, les Marocains sont ceux qui ont transféré le plus d’argent avec 6.7 milliards de dollars, ce qui représente 5.6 du PIB. Les Tunisiens font mieux que les Algériens avec 1.9 milliard de dollars pour 4. 90 du PIB.

À lire aussi :  Tebboune relance un mégaprojet de Cevital bloqué au temps de Bouteflika

Les autorités algériennes doivent faciliter les transferts de fonds de la diaspora

Il faut dire que les autorités algériennes ne semblent pas avoir l’intention de prendre des mesures pour faciliter les transferts de fonds de la diaspora. Les migrants en situation régulière sont fréquemment confrontés à des difficultés lorsqu’ils tentent de transférer des fonds vers leur pays d’origine. L’Algérie devra réfléchir à ouvrir des succursales de banques publiques dans les pays d’accueil où il existe une forte communauté algérienne notamment en France.

Selon le rapport de la Banque ùondiale, les transferts d’argent par les émigrés vers leur pays d’origine, ont connu une nette régression, l’année écoulée. Mais les flux devraient chuter brutalement d’environ 20% pour l’année 2020, a alerté la Banque mondiale.

En raison, la propagation du Coronavirus qui a mis au chômage des millions de personnes à travers le monde en raison des mesures de confinement mises en place. Quant aux travailleurs migrants, ils sont «souvent particulièrement exposés aux pertes de revenu et d’emploi en cas de crise économique dans leur pays d'accueil», explique la Banque mondiale.

Lire aussi : Algérie : La diaspora appelée à investir dans le pays (Ministre)