Le gouvernement algérien envisage d’imposer aux citoyens une taxe sur les logements vacants. Les propriétaires seront obligés de louer leurs logements vacants ou de payer une taxe, a indiqué, ce jeudi 30 avril, le ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud.

Le gouvernement algérien est bien décidé à remplir les logements sociaux habitables. Le ministre de l’Intérieur a expliqué, devant les députés de l’APN, que cette initiative était à l'étude depuis un bon moment déjà.

Kamel Beldjoud affirme que « pour les logements vacants, le débat ne date pas d'aujourd'hui. Cela dit, on n’a pas encore trouvé la formule pour prendre une décision parce que ce n’est pas facile. D’abord, il faut recenser ces logements. Les gens parlent d’un million d’unités, mais personne n’a le chiffre réel ».

Kamel Beldjoud révèle que ses services ont « entamé récemment une réflexion, avec le gouvernement, pour éventuellement imposer une taxe sur les logements vacants. Un dilemme s'impose : soit le propriétaire loue le logement inoccupé, soit il doit payer une taxe ». Pour le ministre, l'instauration de cette taxe amènera forcément les propriétaires de logements non-habités à louer leurs biens.

Un programme de 1,5 million de logements d'ici 2024

Par ailleurs, le gouvernement algérien continue son programme de logement, en projetant la réalisation de 1 million de nouvelles unités d’ici 2024. Le ministre de l’Habitat, Kamel Nasri, a estimé que la finalisation du programme en cours et l’engagement d’un nouveau programme de 1 million de logements pour la période 2020-2024, tous segments confondus, permettront la livraison, à l’horizon 2024 ,de 1,5 million de logements.
Pour rappel, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a signé, mercredi, un décret exécutif portant déclassement de 14 parcelles de terres agricoles, afin de réaliser des projets de logements location-vente et équipements publics. Ils s‘agit de parcelles au niveau de la wilaya de Blida, situées à Bouarfa, pour la réalisation de 4 000 logements AADL, et à Beni Tamou, pour la réalisation de 1 000 logements de la même formule.