La direction générale du quotidien arabophone « Ennahar » a annoncé dans un communiqué rendu public ce jeudi 30 avril, la suspension de la parution de son journal papier jusqu’à nouvel ordre.

Le journal édité par la SARL El Athir presse, a annoncé que Ennahar El Djadid est suspendu de parution « après 13 ans d’existence ». La direction évoque la situation financière difficile que traverse le journal depuis la suspension de la publicité publique le mois de février dernier. Le media souligne qu’il veut éviter  l’accumulation des dettes auprès des imprimeries publiques et des sociétés de distribution.

La direction du journal explique aussi que la situation sanitaire que traverse l’Algérie et les mesures de confinement ont fortement impacté la vente et la distribution du journal après la fermeture des buralistes.

A noter que les deux patrons de la société El Athir Presse, éditrice d’Ennahar El Djadid, Anis Rahmani et son épouse  Souad Azouz ont séparé, depuis juin 2013, l’activité du journal et celle des chaines TV. Le groupe médiatique « Ennahar » traverse des moments difficiles depuis l’arrestation de son patron, Anis Rahmani de son vrai nom Mohamed Mokadem le 12 février dernier. L’entreprise vit une véritable crise financière qui menace sa survie, après la suspension des subventions en publicité publique par les autorités.

À lire aussi :  France : Voici les meilleures villes étudiantes 2022

Pour rappel, Anis Rahmani, actuellement en détention à la prison de Kolea, est poursuivi dans plusieurs affaires. Il est accusé d’«outrage à corps constitué» et «atteinte à la vie privée» dans une affaire liée à la diffusion d’images et d’enregistrements d’éléments du DRS. Il est poursuivi dans une autre affaire pour «acquisition d’avantages indus» et de « détention de comptes bancaires à l’étranger». Le patron du groupe Ennahar a été condamné, fin décembre, à six mois de prison ferme pour «offense et diffamation» à l’encontre du général à la retraite Hocine Benhadid qui était à l’époque en prison.