Les passagers bloqués en Algérie et désirant rejoindre la France font face à de nombreuses contraintes. En plus de la difficulté pour embarquer, de nombreux passagers français et algériens ont exprimé leur mécontentement quant aux prix élevés des billets de la compagnie Air France. Certains crient même à l'opportunisme de la compagnie aérienne française en ces temps de crise sanitaire.

Alors qu'Air France avait annoncé que les prix des billets d’avion étaient fixés à 28.500 dinars algériens, de nombreux passagers se sont plaints ces derniers jours de la forte augmentation des prix des billets pour le vol Algérie-France. Après une première hausse à 35.000 dinars, une passagère a affirmé hier mercredi avoir déboursé la somme de 40.000 dinars pour acquérir le fameux billet.  « Le billet est à 40 000 dinars, choquée et déçue », écrit-elle sur une page spécialement créée par les Français bloqués en Algérie.

En plus du prix, la même personne a déploré la mauvaise gestion de la compagnie française. « Après plusieurs semaines d’attente, j’ai enfin reçu un appel d'Air France. Mais uniquement pour rapatrier ma mère alors que nous sommes 3. Nous nous sommes inscrits ensemble, j’ai relancé pour nous 3 à chaque fois et ils nous séparent. Mais c’est quoi cette organisation ? Vraiment dégoûtée », écrit-elle.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

« Air France profite de la situation pour se faire de l'argent »

Par ailleurs, d'autres gens bloqués en Algérie n'ont pas manqué de dénoncer cette hausse des prix. « Ces gens se font du bénéfice sur nos dos ! Ils renflouent les caisses d'Air France et en même temps leur poche au noir », soutient un autre internaute. D'autres personnes estiment que la compagnie profite de la situation actuelle. « C’est vraiment de la folie. Profiter de cette période pour se faire de l’argent, c’est honteux ! », écrit un autre utilisateur.

Il faut dire que cette polémique d'Air France s'ajoute à celle au sujet du remboursement de ses clients. En effet, le géant mondial de transport aérien qui a bénéficié récemment d’un prêt de 7 milliards d’euros de la part de l’Etat français rembourse en numéraire ses passagers aux États-Unis et en Israël. Alors qu’il impose un bon à valoir valable douze mois pour ses clients français. La compagnie aérienne refuse toujours de se plier au règlement européen.

Lire également : Bloqués en Algérie, des binationaux accusent les autorités françaises de « favoritisme »