Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, s'est exprimé ce jeudi 30 avril sur le maintien de la fermeture des mosquées durant le mois de ramadan, malgré la relance de certaines activités commerciales. Il s'exprimait devant les députés de l'Assemblée nationale (APN).

En fait, il s'agit d'une séance consacrée aux réponses à des questions posées par les membres de l'APN. Certains députés, notamment ceux du courant islamiste, disent ne pas comprendre la fermeture des mosquées au moment où de nombreuses autres activités sont rouvertes au public.

Selon le ministre des Affaires religieuses, le gouvernement de Abdelaziz Djerad a autorisé la reprise de certaines activités commerciales pour permettre à des commerçants impactés par le confinement de nourrir leurs familles respectives. "Il y a des familles qui vivent exclusivement de leurs activités", a-t-il souligné.

Il montrera, cependant, son optimisme quant à l'issue de cette crise. "Tant que nous restons engagés dans le respect des mesures de prévention, nous nous approchons de la solution", a fait savoir Youcef Belmehdi. Il a aussi rappelé que sur le plan religieux, la prière à la maison est aussi valable que dans la mosquée, y compris la prière hebdomadaire du vendredi et celle des Tarawih.

Enfin, le ministre des affaires religieuses profitera de la tribune que lui a offerte l'Assemblée nationale pour appeler les citoyens à ne sortir qu'en cas de nécessité absolue. Surtout que le nombre des cas de contamination au coronavirus est reparti à la hausse à l'occasion de ce mois de ramadan. Il appellera également ceux qui ont repris leurs activités à prendre des dispositions pour endiguer la propagation du Covid-19.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Pour rappel, la décision de fermer les mosquées a été prise le 17 mars dernier pour faire face à la propagation du coronavirus en Algérie. Certains salafistes se sont insurgés contre cette décision, au point que des prières collectives ont été organisées sur les toits des immeubles, en violation des consignes de confinement. Durant ces premiers jours du mois de ramadan, l'on a même vu des prières collectives des Tarawih organisées dans des garages de particuliers, mettant ainsi en danger la santé et la vie des citoyens.

Lire aussi : Algérie : Des garages pour accomplir la prière des Tarawih à Mascara