L'Algérie a enregistre depuis quelques jours une augmentation considérable du nombre des cas contaminés par le Covid-19. De nombreux spécialistes soutiennent que cette hausse est due au non-respect du confinement et autres mesures de prévention par les Algériens depuis le début du Ramadan. Un relâchement induit par l’allègement du confinement par les autorités. Mais le Dr Fawzi Derrar, directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), a une autre explication.

Dans une déclaration faite à l'agence officielle (APS), le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, Dr Fawzi Derrar, a fait savoir que l’augmentation du nombre des cas de Covid-19 dans plusieurs wilayas du pays s’explique par l’élargissement du réseau de dépistage. En effet, le Dr Derrar affirme que le pays compte désormais 20 laboratoires opérationnels à travers l'Algérie. Tout en indiquent l'ouverture prochaine de deux autres dans les wilayas de M’sila et Bechar.

Selon l'expert en vaccins, cela « a facilité la réalisation des tests à temps». Auparavant, les directions de la santé et de la population (DSP) étaient obligées de transporter les tests vers Alger et «les résultats n’étaient disponibles qu’au-delà de 24 heures ou plus», a-t-il souligné.

Augmentation du nombre des tests quotidiens en Algérie

L'ouverture de tous ces laboratoires a engendré une nette augmentation des tests quotidiens de dépistage en Algérie. « Les 20 laboratoires réalisent actuellement plus de 400 tests de dépistage du Covid-19 par jour en moyenne, contre environ 200/ jour au début de l’épidémie », assure le directeur de l’Institut Pasteur Algérie. Ce qui a eu pour effet, selon lui, d'augmenter sensiblement le chiffre des contaminations en Algérie, ces derniers jours.

Un constat partagé par le Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre de la Commission nationale de veille et de suivi de l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Celui-ci a, néanmoins, souligné que malgré cette hausse des contaminations, le pays enregistre « très peu de cas graves» et les décès varient «entre 4 et 7 décès quotidiens en moyenne», grâce au dépistage précoce.

Pour rappel, l’Algérie a enregistré durant les huit derniers jours, pas moins de 1 047 nouveaux cas. Selon des spécialistes de la santé, l’allègement des mesures de confinement, en vigueur depuis le 24 avril dans certaines wilayas, ainsi que la réouverture de plusieurs commerces en ce mois de Ramadan ont grandement contribué au relâchement des populations et, donc, à la hausse des contaminations. D'ailleurs, le gouvernement algérien n'a pas tardé à réagir en menaçant, notamment, d'une nouvelle fermeture des commerces dans les prochains jours.