Comment les compagnies aériennes et les aéroports se préparent pour une reprise des activités sans risque sanitaire sur les employés et les voyageurs ? Faisant partie des entités qui souffrent le plus de la fermeture des frontières, les transporteurs et les aéroports n'en peuvent plus, d'où l'idée de grosses opérations de départs et de licenciements pour survivre à la crise.

Mais les responsables des compagnies et des aéroports savent qu'il ne peut y avoir une relance de leurs activités sans certaines mesures destinées à empêcher qu'une deuxième vague de contamination ne vienne gâcher tout le travail fait jusque-là. Que ce soit à Alger, à Paris ou dans toutes les régions de la planète, il est question de se préparer pour s'adapter à la nouvelle situation née de la crise du Covid-19.

C'est ainsi que les aéroports du monde, notamment ceux d'Alger et de Roissy Charles-de-Gaulle, à Paris, sont appelés à se préparer à l'après-confinement. Les compagnies aériennes, comme Air Algérie et Air France, également. De nombreuses décisions sont ou seront prises dans ce sens pour que le déconfinement se passe sans casse.

Des changements au niveau des aéroports

En fait, les aéroports ont déjà fait savoir qu'il y aura de nombreux changements dans le fonctionnement. Comme la mise en place d'une attestation de déplacement aérien. Une sorte de déclaration sur l'honneur de ne pas présenter de symptômes. Ils préconisent également le contrôle de la température à l'aide de caméras thermiques ainsi que le port obligatoire du masque dès l'entrée dans le terminal.

Des mesures seront aussi prises pour préserver la santé des employés. Il est prévu l'installation de plaques de plexiglas à chaque endroit fixe où existe une interaction humaine avec un passager. De même qu'il est préconisé l'appel par petits groupes ou de manière personnalisée afin d'éviter les attroupements à l'embarquement. Des changements seront apportés à chaque fois qu'il s'avère nécessaire, y compris après la mise en oeuvre de ces mesures.

Les compagnies aériennes prennent leurs dispositions

En outre, les responsables des aéroports comptent également neutraliser quelques sièges dans les zones d'attente (un siège sur deux) et de fermer les lieux collectifs non indispensables au fonctionnement de l'aéroport, à l'instar des salles de culte, des salles pour fumeurs... Cela en plus de la désinfection des aéroports trois fois par jour.

Pour ce qui est des compagnies aériennes, il est question d'interdire les bagages en cabine pour réduire le risque de contamination au coronavirus. Les transporteurs aériens devront supprimer les services à bord pour les vols de courte durée. Aussi, à bord de l'avion, un seul siège sur deux devrait être occupé. Mais quand cela n'est pas possible, la distribution de masques deviendra obligatoire. Les appareils devraient par ailleurs être désinfectés tous les cinq jours avec un produit virucide.

Lire aussi : Coronavirus : Un rapport d’audit pour estimer les pertes d’Air Algérie