La banque américaine Goldman Sachs prévoit pour l'année 2021 une hausse des prix du baril de pétrole. Pour l'heure, la chute des cours de l'or noir, amorcée depuis quelques semaines, continue. Une dégringolade causée principalement par les mesures de confinement décidées par les gouvernements pour lutter contre le coronavirus.

En effet, Goldman Sachs s'attend à un baril de pétrole à 55,63 dollars pour le Brent en 2021. Tandis que les cours du WTI atteindront, selon les prévisions du même organisme, 51,38 dollars. Goldman Sachs avait prévu, dans une précédente évaluation, que le prix du Brent atteindrait 52,50 dollars et le WTI 48,50 dollars.

Ces coûts prévisionnels de la banque américaine s'appuient sur la décision de la baisse de la production prise par l'Opep+. La banque estime, par ailleurs, que la relance de l'économie chinoise jouera un rôle dans la hausse des cours du pétrole. En attendant, le prix du baril du Brent (référence pour le pétrole algérien) est évalué dans la matinée de ce lundi à 25.66 dollars, soit une baisse de 3% par rapport à la clôture de dimanche. Quant au WTI, il est passé à 18,19 dollars, soit une baisse de 8%.

Les prévisions rassurantes de la Banque Mondiale

De son côté, la Banque mondiale rassure quant aux perspectives de 2021 et 2022. Ainsi, selon cet organisme, le PIB connaîtra durant les deux prochaines années une hausse de 1,1%, puis de 1,8%, contre -3% pour 2020. Concernant le taux d'inflation, il retombera à 3% en 2021 après qu'il aura atteint 4% en fin 2020.

À lire aussi :  Invités à exercer en France, un couple de médecins algériens privé de visas

S'agissant du PIB algérien, qui devrait subir une chute de 5,2% cette année, le Fonds monétaire international se montre rassurant quant à 2021. Il est attendu que le PIB algérien connaisse une croissance de 6,2% malgré des indicateurs peu encourageants. La balance courante, elle, connaîtra une baisse de 17,1% en 2021.

Lire aussi : Les chiffres effarants de l'impact de la pandémie sur les entreprises algériennes (Etude)