Les prix du pétrole poursuivent leur hausse après plusieurs jours de chute vertigineuse. Ce mardi 5 mai, le cours du Brent (référence pour le pétrole algérien) s'est approché du seuil des 30 dollars, soutenu par des signes d'amélioration de la demande ainsi que les décisions d'assouplissement du confinement dans de nombreux pays touchés par le coronavirus.

Ainsi, à la mi-journée de ce mardi, le baril du Brent de la mer du Nord a augmenté de 7,83 % pour atteindre 29,33 dollars. Quant à la référence américaine WTI, elle a gagné 10,05 %, passant à 22,44 dollars. Cette augmentation considérable des cours de l’or noir intervient suite à la politique de déconfinement discutée et mise en oeuvre dans différents pays du monde. S'ajoute à cela une demande sur le pétrole qui commence à s'améliorer, comme l'explique Stephen Innes, expert des marchés mondiaux d'AxiCorp.

"Les fondamentaux du pétrole montrent enfin des signes d'amélioration et les prix réagissent positivement", a-t-il indiqué. Et d'expliquer que "les réserves ont commencé à diminuer rapidement avec des signes d'une amélioration de la demande alors que les économies importantes sont à leur premiers pas d'une réouverture".

En outre, les experts expliquent également cette hausse par l'entrée en vigueur, en fin de semaine dernière, de quotas de production des principaux pays exportateurs d'or noir. En effet, depuis vendredi et jusqu'à fin juin, les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs principaux partenaires, réunis au sein de l'OPEP+, retirent du marché 9,7 millions de barils par jour afin de stabiliser les prix.

L’Algérie dans la tourmente

La chute des prix du pétrole ces dernières mois n'a pas été sans conséquence sur l'économie algérienne. Alors que la loi de finances 2020 tablait sur un baril à 50 dollars, ce dernier oscille entre 22 et 33 dollars depuis mars dernier. Sachant que les hydrocarbures représentent plus de 90% des recettes d'exportation du pays, la chute vertigineuse des prix du pétrole ont engendré une crise économique sans précédant en Algérie. Les déficits budgétaires et commerciaux augmentent et les réserves monétaires du pays s’épuisent rapidement.

Face à cette situation, le gouvernement algérien tente tant bien que mal de rassurer le peuple. Abdelmadjid Tebboune a ainsi assuré que l'Algérie va explorer de nouvelles ressources pour atténuer la crise économique. "Plusieurs ressources restent intactes, comme l'uranium, l'or et le phosphate. Nous sommes prêts à développer ces secteurs avec l'aide de partenaires étrangers", avait déclaré le chef de l’Etat lors de sa dernière rencontre avec des représentants de la presse algérienne.

Lire également : Algérie : Vers un baril de pétrole à 55 dollars en 2021 ?