Le député et membre de la commission des Finances à l’APN, Ahmed Zeghdar a appelé à changer la monnaie nationale, le Dinar algérien, afin d’éradiquer le marché informel en Algérie. Cette mesure devrait selon lui, mobiliser d'énormes ressources financières issues de l'évasion fiscale, de la surfacturation et de la contrebande « en seulement 24 heures ».

Le député du FLN estime que l’Algérie doit s’inspirer de l’expérience mauritanienne en la matière. Dans une déclaration accordée mardi 5 mai, au journal arabophone Echorouk, Ahmed Zeghdar explique que le dinar algérien connait une baisse chronique de sa valeur. Et « la décision de le changer permettra de valoriser la monnaie nationale et de résorber les fonds issus du marché informel », préconise-t-il.

L’enseignant d’économie à l’université d’Alger indique que cette mesure dépendra toutefois, d’une décision politique courageuse de la part du gouvernement. La bancarisation de l’argent du marché informel, estimé par Abdelmadjid Tebboune, entre 6 et 8 milliards de dinars, devrait se faire progressivement, d’après le membre de l’APN. Selon lui, il faudrait d’abord, ramener sur le marché officiel le maximum des fonds circulant hors du circuit bancaire. Cela permettra la mise en œuvre en douceur de la décision du changement de la monnaie nationale.

La finance islamique participera à la relance de l’économie algérienne

Par ailleurs, l’économiste a salué la décision du gouvernement algérien de créer des banques islamiques qui participeront, selon lui, à la relance du secteur économique. Ce dispositif bancaire vise à atténuer l’impact de la double crise économique et sanitaire.

Pour rappel,en mars dernier, la banque d’Algérie avait mis en place un nouveau règlement concernant les opérations bancaires relatives à la finance islamique. Ces opérations de banques islamiques en Algérie seront constituées de 8 produits et prestations. Il s’agit de la Mourabaha, la Moucharaka, la Moudaraba, l’Ijara, le Salam, l’Istisna’a ainsi que les comptes de dépôts et les dépôts en comptes d’investissement.

Lire aussi : Algérie : Les réserves de change en chute libre (Gouvernement)