La direction de Facebook a annoncé mardi 5 mai, avoir supprimé huit réseaux de désinformation, dont un qui a des liens avec l'Iran. Le diffuseur de l'État iranien (IRIB) est accusé d'avoir utilisé, depuis au moins 2011, plusieurs faux comptes pour diffuser des messages pro-iraniens. L'Algérie fait partie de leurs pays cibles.

En effet, Facebook déclare avoir supprimé huit réseaux de désinformation. Entre autres, Facebook a annoncé avoir supprimé 389 comptes, 118 pages, 27 groupes et 6 comptes Instagram. Cette opération entre dans le cadre de la lutte contre « le comportement inauthentique coordonné ».

Nathaniel Gleicher, responsable de cybersécurité de Facebook a déclaré que les réseaux ciblaient des pays comme l'Algérie, le Zimbabwe et le Royaume-Uni. Par ailleurs, il a indiqué que ces réseaux diffusaient des messages, souvent, axés sur des conflits locaux des pays ciblés.

Facebook a expliqué que ces réseaux de désinformation sont nés en Iran et il se sont propagés dans plusieurs pays, citant l'Algérie, le Maroc, la Libye, la Tunisie, les États-Unis. Dans ce contexte, Facebook pointe du doigt le diffuseur iranien IRIB d'avoir mené ces opérations.

L'enquête menée par Facebook a permis le démantèlement de ces réseaux de désinformation, identifiés dans de précédentes enquêtes. Selon Nathaniel Gleicher ces réseaux diffusaient des messages de propagande alignés sur les intérêts géopolitiques iraniens.

À lire aussi :  Paris-Alger à pied : Le jeune algérien arrive bientôt en Tunisie

L'affaire remonte à 2018

En 2018, Reuters avait révélé qu'une opération basée à Téhéran avait utilisé plusieurs sites Internet déguisés en médias locaux. L'opération diffusait la propagande du régime iranien dans plus de 15 pays, dont l'Algérie. En conséquences, les responsables iraniens ont rejeté ces allégations en les qualifiant de « ridicules ».

« L’expérience iranienne était relativement minuscule et n’a pas duré longtemps ou n’a eu aucun impact notable. Ce qui est intéressant, c’est le début de leur démarrage » avaient déclaré les responsables de Facebook. A ce titre, deux ans plus tard, l'Iran est devenue l'un des acteurs les plus persistants des opérations d'influence en ligne.

Lire aussi : Algérie : Scène de torture filmée et diffusée en direct sur facebook