Les concessionnaires automobiles pourront désormais, importer des voitures neuves à partir du marché étranger pour les commercialiser en Algérie. C’est l’une des grandes décisions prises par le conseil des ministres consacré à l’adoption de projet de loi de finances complémentaires pour 2019, sous la présidence de chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune, indique ce dimanche 10 mai, un communiqué de la Présidence.

La décision d’autoriser de nouveau, les concessionnaires automobiles à importer des voitures ne concernera cependant que la catégorie des véhicules touristiques. Les citoyens auront ainsi la possibilité d’acheter des voitures neuves à moindre coût et dans leurs pays d’origine en passant directement par un concessionnaire.

Néanmoins, il faudra d’abord attendre de voir les modalités de l’application de cette décision tant exigée par les experts pour pouvoir se prononcer sur son efficacité. Cela dit, l'autorisation de l’importation des voitures touristiques par les concessionnaires automobiles permettra à coup sûr, d’approvisionner le marché algérien et de faire baisser les prix du fait de la concurrence.

Le régime préférentiel CKD/SKD annulé

Le projet de loi de finances complémentaires pour 2019, décide également de l’annulation de régime préférentiel CKD/SKD pour le montage des voitures.

Cette décision importante prise par le gouvernement vise à faire baisser la facture d'importation des kits SKD destinés au montage des voitures touristiques, ainsi qu'à la fabrication des produits électroménagers, électroniques et de la téléphonie mobile.

À lire aussi :  Fonds détournés à l'étranger : 43 commissions rogatoires sur 219 ont reçu des réponses positives

Pour cause, ces importations servaient le plus souvent à couvrir des opérations de transferts de devises à l’étranger via la surfacturation. Ainsi, et pour les seuls neuf premiers mois de l’année 2019, l'Algérie a importé pour 2,3 milliards de dollars de kits SKD destinés au montage automobile des véhicules de tourisme et du transport du personnel et de marchandises.

Il faut rappeler que le secteur de l’automobile est l’une des priorités du président Abdelmadjid Tebboune et de son ministre de l’industrie, Ferhat Ait Ali. Les scandales à répétition du montage de véhicules qui a viré en un immense scandale économique qui ne cesse de livrer ses secrets ont poussé le nouveau gouvernement à réagir.

Lire aussi :  Algérie : Le ministre de l’Industrie dévoile le prix des véhicules de moins trois ans