Algérie- Les employés désirant poursuivre leur travail après l'âge de 60 ans auront donc la possibilité de le faire jusqu'à l'âge de 65 ans. Décision promulguée dans un décret ministériel signé par Abdelaziz Djerad et publié au Journal officiel N27.

En effet, selon les dispositions de ce décret, les employés pourront opter, à leur demande, pour la poursuite de leur activité au-delà de l'âge légal de la retraite. L'âge de départ à la retraite, fixé initialement à 60 ans, est revu à 65 ans.

Le décret ministériel fait mention de la procédure que l'employé devra suivre pour déposer sa demande. Ainsi, l'employé en âge de départ à la retraite et désirant poursuivre son activité professionnelle devra formuler et signer une demande écrite. Ensuite, il devra la déposer auprès de l'organisme employeur trois mois avant l'âge légal de départ à la retraite.

L'article N2 du décret stipule que l'employé « peut transmettre sa demande de poursuite de l’activité à l’organisme employeur, le cas échéant, par tous les moyens y compris par lettre recommandée avec accusé de réception ». Cependant, le même article dispose que l'employé doit être en activité lors du dépôt de sa demande.

L'employeur ne peut pas refuser la demande

Selon le même article, l'employeur ne peut pas refuser la réception de la demande déposée par l'employé. Ainsi, conformément aux dispositions du décret, la demande de l'employé doit être conservée dans son dossier administratif.

À lire aussi :  Emmaüs Toulouse : Bons plans pour les étudiants en France

Aussi, il est indiqué que l'employeur ne peut prononcer la mise à la retraite de l'employé unilatéralement durant les cinq années de poursuite d'activité. Cependant, il peut décider de la mise à la retraite de l'employé après ses 65 ans.

Suivant le décret ministériel, l'employé peut bénéficier de la retraite après l'âge de 60 ans. Cependant, il doit formuler sa demande au moins deux mois avant la date envisagée pour le départ à la retraite.

Lire aussi : Algérie : Les pensions et les allocations de retraite revalorisées