Le ministère de la Santé prévoit d'accompagner le plan de déconfinement progressif en Algérie. C'est un confinement ciblé, avec le port obligatoire du masque et le renforcement des équipes épidémiologiques, qui est privilégié. Une option qui semble s'inspirer des recommandations du Comité scientifique chargé de la surveillance de l'évolution de la pandémie de coronavirus.

En effet, le ministère de la Santé a instruit les établissements hospitaliers de procéder au renforcement de leurs équipes épidémiologiques et de médecine préventive (Semep). Selon le quotidien Liberté, le département de Benbouzid se prépare pour lancer un confinement ciblé, après la levée de l'état d’urgence sanitaire.

La méthode de confinement ciblé prévoit uniquement la mise en quarantaine des cas suspects et des sujets contacts. Une option qui permet d'éviter le confinement de toute une population. Par ailleurs, tout porte à croire que le port du masque dans les lieux publics deviendra obligatoire.

Confinement ciblé : comment procéder ?

Après la confirmation d'un cas positif au coronavirus, les équipes épidémiologiques enclencheront une enquête. L'objectif est d'identifier toutes les personnes qui seraient entrées en contact avec le patient contaminé. Le procédé consiste à recueillir un nombre suffisant d'informations sur le cas confirmé et ses contacts, afin de faciliter leur prise en charge. Pour mener à bien cette mission sensible, le ministère prévoit, donc, de renforcer le nombre des équipes épidémiologiques dans les établissements hospitaliers.

Le ministère a rappelé que cette instruction a pour objectif d'éviter l'apparition de nouveaux foyers épidémiques. Il explique que les équipes épidémiologiques devront assurer le suivi des patients hospitalisés. Elles seront chargées du suivi du tracé du circuit du cas confirmé ou suspecté de coronavirus et identifier tous les sujets contacts.

Rappelons que dès la première semaine du Ramadan, le gouvernement algérien a allégé les mesures de confinement. Une décision prise afin d'atténuer l'impact engendré par le confinement sur l'économie nationale. En conséquence, le nombre des contaminés est parti à la hausse.

Lire aussi : Le bilan global des cas contaminés ne reflète pas la réalité, selon un professeur