La Commission européenne se dirige vers la suspension du règlement européen disposant que les compagnies aériennes et l’industrie hôtelière sont tenues de rembourser intégralement les billets des vols et voyages annulés. L’UE veut garantir aux voyageurs des bons d’achat en échanges des vols annulés. Cette mesure vise à relancer l’activité touristique dans le contexte du coronavirus, rapporte, dimanche 10 mai, l’agence de presse Reuters. 

Les Etats européens devraient garantir des bons d’achat aux passagers en échange des voyages annulés par les compagnies aériennes. Ces mesures figurent dans un document intitulé « L’Europe a besoin d’une pause », comportant un ensemble de propositions pour tenter de sauver une partie de la saison estivale.

« Pour encourager les passagers et les voyageurs à accepter ces bons d’achat plutôt qu’un remboursement, ils devraient être mis à l’abri de la faillite de leurs émetteurs et rester remboursables, lors de l’expiration de leur validité, s’ils n’ont pas été utilisés », stipule le texte.

Plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, ont demandé à la Commission de suspendre le règlement européen qui stipule que les compagnies aériennes ainsi que l’industrie hôtelière sont tenues de rembourser les frais des billets d’avion non-consommés par leurs clients.

En contrepartie de l'application de cette nouvelle mesure, l'exécutif européen veut exiger aux Etats membres de l’UE de garantir ces bons d'achat, afin de convaincre les clients de les accepter, selon le document.

À lire aussi :  Air Algérie bouscule la Royal Air Maroc en Afrique avec son nouveau programme de vols

L'UE à la rescousse des compagnies aériennes

La réglementation européenne dispose que les compagnies aériennes doivent proposer aux passagers soit le report de leurs vols, soit le remboursement pur et simple de leurs billets d’avion. C’est un choix qui appartient aux passagers et non pas à la compagnie aérienne. C’est dire que la position d’Air France d’imposer un avoir remboursable est totalement une infraction à la réglementation.
La proposition de l'Union Européenne vise à desserrer l’étau autour de ces compagnies aériennes qui enregistrent des pertes astronomiques. Les associations des consommateurs avaient, d'ailleurs, pointé du doigt les pouvoirs publics en Europe et en France qui, depuis le début de la crise, ont réagi en faveur des compagnies aériennes, au détriment des passagers et des agences de voyages. Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat français aux Transports, a plaidé auprès de la Commission européenne en faveur de l’assouplissement du règlement, afin qu’Air France et les autres transporteurs puissent conserver légalement l’argent des billets des vols annulés.
Alexandre de Juniac, président de l’Association internationale du transport aérien (IATA) et ancien PDG d’Air France-KLM, s’est rangé du côté des compagnies aériennes. Il argue qu’elles sont « dans une situation tellement grave que si nous sommes obligés de rembourser l’ensemble des billets vendus maintenant, ça tuera les compagnies aériennes ».

Lire aussi : Réouverture de l’espace Schengen : La Commission européenne se prononce