Une jeune Kabyle nous raconte comment elle réalise son rêve de devenir pilote d'avion

Devenir pilote d'avion est le rêve de nombreux jeunes, notamment en Algérie. Ce métier, réputé pour être réservé aux hommes, attire aussi de nos jours des femmes. Il n'est pas rare, en effet, de trouver des femmes pilotes dans des avions de plusieurs compagnies aériennes à travers le monde. L'Algérie n'est pas en reste, et elles sont nombreuses, ces jeunes filles, à vouloir devenir pilotes.

C'est d'ailleurs le cas de Taoues Yousfi, cette Algérienne de 24 ans qui s'apprête à boucler sa formation en France pour devenir pilote d'avion. Cette jeune femme, originaire de Tikoubaïne dans la commune de Ouaguenoun à Tizi-Ouzou, a réalisé toute sa scolarité en Algérie, de l'école primaire jusqu'à l'université, avant de partir étudier en France, un pays où elle réside actuellement et où elle passe sa formation pour exercer le métier de ses rêves : pilote.

Dans un entretien accordé à ObservAlgérie, Taoues Yousfi nous raconte en détail tout ce qu'elle a entrepris en France comme études et formations afin de décrocher le sésame lui permettant d'accéder au cockpit et de devenir pilote de ligne. Un métier tant rêvé par les jeunes Algériens, y compris les filles. « J'ai aimé tout ce qui a une relation avec les avions et cela dès mon jeune âge », avoue Taoues.

Voyage & Immigration 5 villes algériennes parmi les endroits les plus chauds au monde

C'est à partir de l'âge de 15 ans que l'idée de devenir pilote s'est incrustée dans la tête de Taoues. « C'était comme une petite fleur qui a commencé à naître dans mon cœur. J'avais entre 15 et 16 ans et ça a commencé par l'admiration de tout type d'aéronefs. Et c'est comme ça que l'idée de devenir pilote a germé dans ma tête », ajoute Taoues, qui était à l'époque encore en Algérie.

Après avoir décroché son baccalauréat, option technique, elle s'inscrit à l'université Houari-Boumediene de Bab-Ezzouar, à Alger, où elle étudie la physique. Un domaine qu'elle maîtrise, mais qu'elle voulait surtout suivre dans une université en France. C'est pour cela qu'elle décide, une année après son entrée à l'Université d'Alger, de passer le bac français.

Quelles études pour devenir pilote de ligne ?

Le diplôme français en poche, notre jeune bachelière s'inscrit en licence Physique à l'Université Paris-Saclay. Mais comme elle était toujours passionnée par le monde de l'aviation, Taous effectue au bout de sa troisième année de licence un concours pour devenir pilote. À ce propos, Taous explique que pour devenir pilote de ligne, le candidat doit passer par un concours.

« Il existe plusieurs voies pour devenir pilote de ligne, mais la plus connue est la piste de la formation dans des écoles privées d'aviation, étant donné que les concours étatiques attirent beaucoup de candidats pour un nombre de places limité », souligne-t-elle. « Pour faire pilote de ligne, il y a des licences à passer et on peut le faire avec deux méthodes : intégrée ou modulaire », explique Taoues.

Voyage & Immigration Visa de travail : Ce métier est en pénurie en Italie et en Espagne

La méthode intégrée consiste à faire les différentes licences de pilote en continu dans la même école, alors qu'en modulaire, le candidat peut effectuer son cursus dans différentes écoles. Mais quelle que soit la méthode choisie, la formation est de 24 mois. « Mais généralement, ça prend plus de temps en raison des difficultés liées à l'obtention de la licence de pilote de ligne, abrégée en ATPL (Airline Transport Pilot Licence), nécessitant un certain nombre d'heures de vol », précise notre interlocutrice.

Quelles sont les conditions pour devenir pilote de ligne ?

Concernant les conditions requises pour devenir pilote de ligne, Taous en énumère plusieurs. Le candidat doit d'abord passer un examen médical dans un centre d'expertise pour personnel navigant agréé par l'État. Un examen périodique effectué chaque année pour prouver sa bonne santé. « Si on constate que tu as un moindre souci sur le plan santé, par exemple un diabète, on t'enlève ta licence de pilote », ajoute-t-elle.

Pour s'inscrire dans une école d'aviation en vue de devenir pilote de ligne, le candidat doit justifier au minimum d'un bac. En France, le baccalauréat étranger est accepté dans les écoles de formations des pilotes, selon Taoues, qui s'est elle-même inscrite avec son bac algérien. « Il y a bien sûr des tests à passer sous forme de QCM en plus des entretiens de motivation en français et en anglais et des tests psychotechniques », explique-t-elle.

C'est en fonction des résultats obtenus à l'issue de ces différents tests que les instructeurs décident si le candidat est apte à suivre la formation pour devenir pilote de ligne. Concernant l'âge, Taoues, qui a passé ses tests à 22 ans, explique que cela dépend du type de vols et de formation que veut suivre le pilote (commercial, affaire, cargo, etc.)

Voyage & Immigration Le Moby Dada de retour, Algérie Ferries modifie de nouveau son programme

Si certaines compagnies commerciales, comme Air Algérie, limitent l'âge d'admission aux formations pour devenir pilote à 35 ans, d'autres compagnies d'affaires ou cargo ne fixent aucune limite d'âge aux pilotes, souligne-t-elle. « C'est ce qui fait que l'on peut passer sa licence ATPL pour devenir pilote même à 50 ans », ajoute Taoues.

Voici combien coûte une formation de pilote en France et en Algérie

Combien coûte la formation dans une école d'aviation pour devenir pilote ? Taoues nous répond : « ça coûte très cher ». C'est le cas d'ailleurs en France, où la formation coûte autour de 80'000 euros, confie-t-elle. Mais cela dépend aussi du pays où l'on passe la formation, en raison du coût du fioul, ajoute Taoues. Et de citer le cas de l'Algérie où la formation coûte moins cher. « Il y a une école à Boumerdès où le prix de la formation de pilote de linge est trois fois moins cher qu'en France », explique-t-elle.

Concernant les critères de recrutement des pilotes par les compagnies ariennes, Taoues précise que cela dépend de plusieurs facteurs. « Ce n'est pas parce qu'on est formé dans une école en Algérie qu'on est un moins bon pilote par rapport à celui formé en France ou en Angleterre », souligne-t-elle. « Les compagnies aériennes prennent surtout en compte le nombre d'heures de vol effectuées lors de la formation et surtout les types d'avions pilotés », précise-t-elle.

« Je veux piloter les avions d'Air Algérie »

Taoues, sur le point de boucler sa formation dans une école en France et qui a déjà obtenu sa licence de pilote privé (PPL), anticipe son avenir professionnel ; elle souhaite intégrer la compagnie Air Algérie. « C'est mon premier choix. Je veux travailler chez Air Algérie pour au moins 3 années, mais je ne veux pas faire de l'aviation commerciale à long terme. J'ai choisi ce métier par passion et j'ai envie d'avoir un parcours atypique dans l'aviation et vivre ma passion », insiste Taoues.

Voyage & Immigration Titre de séjour en France : Que contient le contrat d'engagement ?

Le métier de pilote est-il difficile pour une femme ?

Tout en reconnaissant les difficultés du métier de pilote de ligne, Taoues affirme, cependant, qu'elle n'a trouvé aucun problème par rapport à son statut de femme tout au long de sa formation. « J'ai exercé avec des hommes durant ma formation et j'ai piloté des avions avec le personnel de différentes compagnies aériennes telles que Transavia. Je n'ai jamais eu le moindre problème », avoue-t-elle.

Le métier de pilote est souvent vu comme très lucratif et permet à celui ou celle qui l'exerce d'avoir un statut privilégié dans la société. Mais pour Taoues, le métier de pilote a aussi des hauts et des bas. « Même après avoir obtenu son diplôme de pilote, on doit effectuer des examens chaque 6 mois. Il faut faire des efforts durant toute sa carrière », souligne-t-elle.

« Si tu n'aimes pas l'aviation, si tu n'es pas un passionné des avions, il vaut mieux ne pas faire le métier de pilote », conseille Taoues, qui nous révèle qu'elle a connu des candidats au métier de pilote qui ont abandonné leur formation au bout de 10 h de vol. « C'est pour dire que comme tous les autres métiers, il faut d'abord aimer le domaine de l'aviation pour devenir pilote, d'autant plus que la formation coûte très cher », affirme-t-elle.

« Je partage mes rêves en kabyle »

Taoues, qui aime aussi partager sa passion pour l'aviation via des vidéos sur Instagram et TikTok, avec un compte qui cumule plus de 95'000 abonnés, veut surtout faire découvrir aux gens son expérience dans le domaine. « Je n'aime pas le terme influenceuse, car je ne fais pas cela pour influencer les gens », tient-elle à préciser. « Sur les réseaux sociaux, je partage ma passion. Je veux faire découvrir aux gens ce que je fais et si j'arrive à les inspirer à travers mes vidéos, je dirai pourquoi pas ! » reconnait-elle.

@tao.y Tefehmem ayarawiw? #kabyle #amazighgirl #kabyle_girl #tiziouzouⵣimazighen💛💚 #leskabylesdeparis♓🇨🇵 #tiziouzou #leskabylesdeparis♓🇨🇵 #kabylesdeparis♓️ #kabyledeparis #kabylienne #foryou #leskabylesdefrance ♬ Love Is Beautifully Painful - Ghost Duet Version - Darkrose

Voyage & Immigration Refus du visa Schengen : Faire un recours ou une nouvelle demande ?

À la question de savoir pourquoi elle a choisi de s'adresser aux gens dans ses vidéos en kabyle, Taoues répond : « c'est parce que tout simplement, c'est ma langue maternelle. Certes, je parle plusieurs langues, mais j'ai envie d'être moi-même à travers mes vidéos en kabyle. J'aime partager ma passion et mes rêves dans ma langue maternelle, car moi, quand je rêve, c'est en kabyle et non dans une autre langue », ajoute Taoues avec enthousiasme.

Comment Taoues a réussi dans l'entrepreneuriat en France

Taoues, issue d'une famille modeste en Kabylie, reconnaît qu'elle est passée par de dures épreuves en France pour devenir aujourd'hui une entrepreneure et future pilote d'avion. « J'ai fait plusieurs jobs étudiants », reconnaît celle qui a même exercé comme femme de ménage. « Je bossais de 4 heures du matin jusqu'à 8 h. À 9 h, je commence les cours et à 19 h, j'enchaine avec un autre travail », se souvient-elle.

Grâce à sa ténacité, Taoues a réussi à se frayer un chemin en France dans le monde de l'entrepreneuriat. Elle est aujourd'hui à la tête de plusieurs startups. Elle est surtout créatrice et propriétaire d'une marque de robes kabyles. C'est grâce à ces projets que Taoues a réussi à financer sa formation très coûteuse pour devenir pilote de ligne.

La ville de Tigzirt pour les vacances

Malgré ses nombreux projets en France, Taoues n'a jamais coupé les liens avec l'Algérie et sa Kabylie natale. « J'ai quitté l'Algérie en 2018 pour sortir de ma zone de confort et pousser mes compétences », avoue celle qui affirme se rendre en Algérie tous les 2 mois. « J'adore passer mes vacances à Tigzirt », ajoute Taoues, qui a vécu son enfance à Ouguenoun, une localité voisine de la ville côtière.

Voyage & Immigration Visa Espagne : BLS International reconnaît le problème de disponibilité de rendez-vous


Vous aimez cet article ? Partagez !