Le ministère de l'Habitat a sèchement recadré son directeur général du logement qui a annoncé la fin du logement social et de la formule AADL, dans un émission de la radio algérienne. Dans un communiqué rendu public lundi 11 mai, le département de Kamel Nasri a démenti l'abandon par l'Etat de ces deux formules de logement.

"Le logement social demeure parmi les priorités de l'Etat et nul n’est habilité au niveau du ministère à introduire un changement dans cette orientation", a affirmé le ministère de l'Habitat, repris par l'agence officielle l'APS. Donc, le ministère apporte un démenti à cette information, précisant qu'il ne renoncera pas aux formules de logements social et AADL.

Dans le même sillage, les auteurs du communiqué font savoir que "le logement social destiné aux catégories vulnérables demeure parmi les priorités de l'Etat". Il est cependant question de mettre en place "des mécanismes appropriés pour raffermir le contrôle", afin de les attribuer uniquement à ceux qui y ouvrent réellement droit.

Aucune formule de logement ne sera abandonnée, précise le ministère

"L'Etat a mobilisé tous les moyens financiers pour la parachèvement du programme de 560 000 logements dans sa globalité et ne renoncera nullement à ses obligations envers les souscripteurs", a, en outre, souligné le ministère, en évoquant la formule du logement AADL.

À lire aussi :  Internet et téléphonie en Algérie : Voici les chiffres

Donc, les projets de logements se poursuivront en Algérie et suivant les programmes tracés, selon la même source. Et cela concernera toutes les formules de logements confondues, y compris le LPA, le LPP, le logement social, l'AADL et l'habitat rural. L'Etat oeuvre à "la réalisation de ce large programme destiné à toutes les franges de la société", est-il précisé dans le communiqué.

Pour rappel, le directeur général du logement au ministère de l'Habitat, Anis Bendaoud, avait laissé entendre que l'Etat allait abandonner progressivement le logement social et l'AADL. Dans une émission à la chaîne III de la radio nationale, il avait fait savoir qu'il était question de mettre fin aux formules coûteuses pour les caisses de l'Etat. Il y aura toujours un petit programme qui sera accompagné d’un ciblage au profit des citoyens défavorisés, a-t-il cependant précisé.

Lire aussi : Algérie : Les programmes du logement social et AADL abandonnés par l’Etat