C'est désormais officiel. Les automobilistes algériens vont payer plus cher le carburant pour leurs véhicules. C'est ainsi que l'a décidé la Loi de finances complémentaire de 2020, concoctée par le gouvernement de Abdelaziz Djerad pour apporter des "correctifs" à la Loi de finances 2020.

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : http://bit.ly/youtub-obs

Ainsi, sur la base des taxes imposées sur les produits pétroliers importés ou produits localement, le carburant connaîtra une hausse assez importante. Notamment pour les automobilistes qui roulent beaucoup, à l'instar des transporteurs. D'ailleurs, il est attendu que les citoyens subissent une hausse dans les transports à la suite de ces augmentations à la pompe.

En conséquence, les Algériennes et les Algériens qui se présenteront au niveau des pompes à essence dépenseront 44 dinars pour le Sans-plomb au lieu de 41 dinars auparavant. Ils paieront également le Super 44.97 dinars, soit trois dinars de plus que d'habitude. Pour ce qui du Normal, il coûtera aussi trois dinars de plus pour les propriétaires de véhicules, passant de 38.94 à 41.94 dinars. Alors que le Mazout passera de 23.06 à 28.06, soit une revue à la hausse de cinq dinars.

Il faut rappeler que le ministre de l'Energie Mohamed Arkab avait affirmé en mars qu'il n'y aurait pas de hausse des prix du carburant. Mais la crise économique aiguë qui met l'Algérie à mal, a vite fait de changer la donne. C'est ce qui a amené le gouvernement à imposer ces taxes sur les produits pétroliers ayant engendré cette hausse dans les prix du carburant.

À lire aussi :  Le calvaire des demandeurs de titre de séjour en Seine-Saint-Denis

Il faut préciser enfin que, pour l'instant, ce texte de Loi de finances complémentaire n'est qu'un projet. Il devra être présenté incessamment devant les membres des deux chambres du Parlement pour débat et adoption.

Lire aussi : Algérie : Le déficit de la balance commerciale explose en 2020