L'icône de la chanson algérienne d'expression kabyle Idir a été inhumée, mercredi 13 mai au cimetière Père Lachaise de Paris, dans la tradition kabyle et musulmane. C'est dire que même s'il a choisi d'être enterré en France, loin de son village natal, il a néanmoins tenu à rejoindre sa dernière demeure comme l'auraient souhaité ses ancêtres.

En effet, deux publications sur Facebook ont révélé certaines circonstances ayant entouré l'enterrement du chanteur Idir, de son vrai nom Hamid Cheriet. Enterré, faut-il le rappeler, dans une stricte intimité familiale, notamment en raison de la persistance de la pandémie de coronavirus en France.

C'est, en fait, la Grande mosquée de Paris qui a publié un post sur sa page Facebook pour la circonstance. "L'artiste algérien des cultures populaires Idir a fait son dernier voyage. Intimité familiale et tradition musulmane pour le défunt, toilette rituelle et salat el djanaza (prière mortuaire) par l'imam de la Grande mosquée de Paris", a indiqué cette institution religieuse.

Invocations faites en langue kabyle

Pour sa part, l'imam de Torcy, dont la mosquée est affiliée à la Grande mosquée de Paris, a également fait une publication sur l'inhumation de la légende de la chanson kabyle. Il est originaire de Kabylie, donc c'est lui l'auteur des invocations faites à l'issue de la mise en terre du défunt. Il a fait cela en kabyle, et cela n'a pas déplu à la famille de l'artiste.

À lire aussi :  Guerre d'Algérie : révélations sur les prisons de Normandie

"Aujourd'hui (ndlr, mercredi), j'ai été chargé par la Grande mosquée de Paris pour faire la toilette et la prière mortuaire de défunt Idir en présence de son fils Yanis et de sa fille Thanina ainsi que des membres les plus proches de sa famille. Ces derniers ont été consolés par les invocations faites en langue kabyle en faveur de défunt", a, en effet, fait savoir l'imam de Torcy.

Idir a choisi d'être enterré à Paris

Pour rappel, Idir a été inhumé mercredi 13 avril après son décès onze jours auparavant. De nombreux fans espéraient que leur idole soit inhumée dans son village natal, dans la région d'Ath Yenni, en Kabylie, mais sa famille a dû faire un choix. Et c'est celui du cimetière Père Lachaise à Paris qui a été fait.

Au début, d'aucuns pensaient que ce choix était justifié par la situation de crise sanitaire qui touche le monde en raison de la pandémie de Covid-19. Mais selon le dernier communiqué de sa famille, c'est l'artiste lui-même qui a fait ce choix avant son décès. Il voulait reposer auprès de sa famille, de ses enfants, selon son vœu.

lire aussi : Décès du chanteur Idir : Émouvants hommages de Zinedine Zidane et de Issad Rebrab