Les autorités françaises ont décidé de prolonger la durée de validité des titres de séjour et des attestations de demande d’asile, en raison du contexte sanitaire lié au coronavirus, rapportent plusieurs médias français. Il s'agit d'une bonne nouvelle pour tous les étrangers qui se trouvent en France, dont les Algériens.

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : http://bit.ly/youtub-obs

La France a décidé, comme annoncé, de prolonger de nouveau les titres de séjour aux Algériens ainsi qu'à tous les étrangers se trouvant sur le sol français. Dans la soirée du jeudi 14 mai, l’Assemblé nationale française a, en effet, donné son feu vert pour la prolongation de six mois supplémentaires la validité des titres de séjour des étrangers et de trois mois celle des attestations de demande d’asile.

Lors de son intervention dans l’hémicycle, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a indiqué que la mesure votée par les députés prend en compte les « deux mois de confinement », qui ont empêché « l’accompagnement » des personnes concernées. De ce fait, « la validité des titres de séjour expirés entre le 16 mai et le 15 juin sera prolongée de 180 jours et les attestations de demandes d’asile de 90 jours », a-t-il ajouté.

La France rouvre les préfectures

Il faut noter que les opérations d’enregistrement des demandes de cartes de séjour et de droit d’asile ont repris dans la plupart des préfectures et sous-préfectures de France à l'occasion du déconfinement, entamé lundi. C’est notamment le cas pour les préfectures de la Haute-Loire et du Rhône. Cependant, les autorités ont instauré de nouvelles mesures liées à la lutte contre le coronavirus. L’accueil se fait uniquement sur rendez-vous et sur présentation d’une convocation. “Il est donc inutile de se déplacer en préfecture sans rendez-vous”, insistent les services de l’Etat.

À lire aussi :  Aéroport de Paris-Charles de Gaulle : Gare aux emballeurs clandestins

En outre, les autorités françaises ont annoncé que la réouverture de la préfecture d'Île-de-France au grand public n'interviendra qu'au mois de juin prochain, « à une date précisée ultérieurement ».