Plus de 10 000 Français sont toujours bloqués dans les trois pays du Maghreb. En Algérie, l’ambassade de France n'est pas en mesure de préciser combien de Français y sont encore coincés. En dépit des vols de rapatriement mis en place, ils sont encore au moins des centaines à demander de l’aide. Certains dénoncent une forme de favoritisme et de piston pratiquée par les autorités françaises. Mais qui sont les catégories prioritaires dans le rapatriement ?

L’ambassade de France en Algérie et les différents consulats sont en contact permanent avec leurs ressortissants. Ils s’emploient à organiser les rapatriements en coordination avec la compagnie Air France. Des listes de personne prioritaires sont établies à la lumière des informations fournies.

A priori, ces vols sont réservés aux Français de passage en Algérie, aux ressortissants franco-algériens et aux Algériens possédant un titre de séjour en France en cours de validité. Les titulaires de visa Schengen ne sont pas concernés par les vols déployés par Air France à partir de l’aéroport d’Alger.

Cependant, certaines catégories sont prioritaires. Ils s'agit des ressortissants ayant leur résidence habituelle en France et faisant face à une situation médicale ou sociale impérieuse nécessitant un retour à l'Hexagone.

Quelles sont les personnes prioritaires ?

Loin de faire dans la discrimination ou le favoritisme, les autorités françaises essaient de lister les situations prioritaires qui nécessitent un rapatriement dans les meilleurs délais.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

Ces situations prioritaires recouvrent notamment les cas suivants :

. Raison médicale avérée et urgente ne pouvant être traitée en Algérie. Le concerné est tenu de présenter un certificat médical, ordonnance, courrier de son médecin en France

. Regroupement familial impératif dans le cas des parents et enfants, surtout si mineurs.

. Risque de perte d’emploi ou de faillite de l’entreprise du fait d’une absence prolongée. Le concerné devra fournir des documents professionnels justifiant sa situation.

La France accélère l’opération de rapatriement

L'ambassade de France en Algérie avait révélé, la semaine dernière, que depuis la suspension des liaisons aériennes et maritimes entre la France et l’Algérie et la fermeture des frontières extérieures Schengen le 17 mars dernier, les dizaines de vols de rapatriement « ont permis le retour en France de 6 099 passagers. »

Le consulat de France à Alger a annoncé, jeudi, la « mise en place d’une première traversée maritime au départ d’Alger en direction de Marseille ». Cependant, aucune date n’a été fixée, indiquant que le voyage « pourrait avoir lieu avant la fin du mois de mai ».

Dans le même sillage, le nombre des liaisons aériennes entre la capitale de l’Algérie et la France est passé à un vol quotidien depuis lundi.