Les collègues du médecin Wafa Boudissa, décédée du coronavirus, protestent contre la négligence des responsables. Ils accusent le directeur de l’hôpital Mohamed Bennani d'être responsable de la mort de leur collègue. Wafa Boudissa, enceinte de 8 mois, est décédée vendredi 15 mai dans ce même hôpital où elle exerçait.

En effet, les médecins et infirmiers de l'hôpital Mohamed Bennani de Ras El Oued (Bordj Bou Arreridj) ont tenu, dans la matinée de ce dimanche, un rassemblement de protestation. Les contestataires tiennent pour responsable le directeur de l'établissement du décès de Wafa Boudissa. Les médecins et infirmiers, en colère, réclamaient son départ.

La mort de cette praticienne de 28 ans, enceinte de 8 mois, a suscité l'émoi dans toute la commune de Ras El Oued et au-delà. Ses collègues tiennent à lui rendre un dernier hommage, mais réclament, à l'occasion, l'ouverture d'une enquête. Ils exigent que les responsables de cette tragédie soient punis.

Le directeur de l'hôpital limogé

Selon la page Facebook de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a mis fin aux fonctions du directeur de l'hôpital en question. D'après la même source, le responsable a été limogé ce dimanche à la suite de l'enquête enclenchée par le ministre de la Santé pour situer les responsabilités dans cette affaire.

L'époux de la défunte a confié que cette dernière avait sollicité à trois reprises un congé exceptionnel. Une demande que le directeur de l'EPH de Ras El Oued aurait refusée. "Le directeur a refusé de faciliter la tâche à ma femme", déplore le mari de Wafa Boudissa.

Lire aussi : Covid 19 en Algérie : Dix-neuf soignants morts sur le front de la pandémie