Le président, Abdelmadjid Tebboune a donné des instructions ce samedi 16 mai, pour une prise en charge des  ressortissants algériens bloqués à l’étranger. Le chef de l’Etat a instruit le Premier ministre d’élaborer un plan coordonné avec les différents intervenants pour organiser l’opération du rapatriement.  Les membres du Haut Conseil de sécurité ont été également, instruits de travailler sur un plan d’action pour l’après Covid-19.

Lors d’une réunion du Haut Conseil de Sécurité qu’il a présidé ce samedi, Abdelmadjid Tebboune a écouté un compte rendu du Premier ministre sur le rapatriement des Algériens bloqués à l’étranger en raison de la fermeture des aéroports.

Le chef de l’Etat a donné des « instructions pour une prise en charge la plus coordonnée possible qui tienne compte des conditions particulières à chaque groupe de citoyens et aussi de l’impératif du respect des conditions sanitaires qui s’imposent en toutes circonstances lors de telles opérations, » a indiqué un communiqué du HCS.

Des milliers d’Algériens toujours bloqués à l’étranger

À noter que des milliers de ressortissants algériens sont toujours coincés dans plusieurs pays du monde. Depuis plusieurs semaines, de nombreux Algériens lancent des appels à l’aide aux autorités de leur pays. Ils réclament, notamment à travers les réseaux sociaux, la programmation de nouvelles opérations de rapatriement.

À lire aussi :  Affaire Future Gate : Voici le sort de Numidia Lezoul et des autres influenceurs

Mercredi dernier, le Forum de la communauté algérienne en Turquie a adressé un appel urgent au président de la République afin d’organiser des vols de rapatriement. Plus de 1000 Algériens sont toujours bloqués en Turquie en raison de la suspension du trafic aérien entre les deux pays. La plupart d’entre eux ont été mis à la porte de leurs hôtels en raison du non-paiement des frais d’hébergement. En France, leur nombre avoisinerait les 3 000, selon certaines sources.

Un plan d’action pour l’après Covid-19

Par ailleurs, le président Abdelmadjid Tebboune a instruit les membres du Haut Conseil  de « travailler dès à présent à l’élaboration d’un plan d’action pour l’après Covid-19, en tenant en compte les différentes dimensions sanitaires, mais aussi économiques et sociales ».

Le Haut conseil de sécurité (HCS) rejeté la proposition du ministre de la Santé d’instaurer un confinement total pour la fin du ramadan et les deux jours de l’Aïd el-Fitr. Le président de la République a « rappelé les mesures déjà prises au niveau national qui ont prouvé leur efficacité et souligné qu’il était important de les maintenir en cette fin du mois sacré de Ramadan et de l’Aid El Fitr, » ajoute le communiqué.