Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décidé de maintenir le confinement partiel pour l'Aïd el-Fitr, ignorant ainsi les recommandations des médecins et spécialistes de la santé, qui ont appelé à imposer un confinement total pour ces deux jours de fête.

Ainsi, de nombreux médecins et spécialistes de la santé ont regretté que le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, ait finalement tranché pour le maintien du confinement partiel pour la fin du ramadan. Ces derniers appelaient avec insistance à l'instauration d'un confinement total exceptionnellement pour les deux jours de l'Aïd el-Fitr, pour éviter une progression incontrôlable de l'épidémie.

Les spécialistes préconisent un confinement total et général

Mustapha Khiati, président de la Fondation pour la promotion de la santé et du développement de la recherche (FOREM), considère qu'un confinement total est imparable. Il a qualifié la décision de prolonger le confinement partiel aux deux jours de l'Aïd de « négative ». Pour lui, cette option pourrait entraîner "des conséquences graves et imprévues". Le spécialiste fait partie de ceux qui appellent à décréter un confinement total pendant les deux jours de l'Aïd, afin d'éviter d'accroître davantage la propagation du coronavirus.

Pour le Pr Mohamed Berkani, la célébration de l'Aïd risque de contribuer à étendre gravement l'épidémie. Le président de l'Ordre des médecins fait observer que les chiffres des contaminations n'augurent déjà rien de bon. Il insiste, de ce fait, sur l'impératif de décréter un confinement total comme "geste barrière national". Il soutient, dans la foulée, que "le manque d’assiduité dont a fait preuve une bonne partie de la population en ce mois de Ramadan" impose justement cette option.

À lire aussi :  Après 60 ans d'activité, Caritas Algérie a dû fermer ses portes

Ces propos sont soutenus par l'infectiologue Zetal Amel, maître-assistante à l'hôpital d'El Kettar. Cette dernière estime que le relâchement et la baisse de vigilance des citoyens sont derrière la hausse du nombre des contaminations ces derniers jours. Selon cette spécialiste, le confinement partiel est insuffisant. Elle estime, à ce titre, qu'il faut aller vite vers un confinement général.

En définitive, les spécialistes de la santé persistent à dire que le confinement total et général est l’unique moyen d'éviter le pire. Dans le cas contraire, un retour à la case départ après la fête de l'Aïd est à craindre.  "Si on ne prend pas la précaution stricte, on va augmenter le taux de contamination", avertit le Pr Mohamed Belhocine dans un déclaration relayée par le quotidien Liberté.

Lire aussi : Coronavirus :  « Le port du masque deviendra obligatoire » en Algérie (Ministre)