La valeur du dinar algérien connaît déjà une chute graduelle sur le marché officiel. La Banque d’Algérie a repris récemment la baisse de la monnaie nationale. Un dollar vaut actuellement 128,8 DA contre 120 mi-mars, soit une baisse de 6,9% en deux mois. Mais pour Nour Meddahi, expert en économie et finances, le dinar est encore surévalué de 25 %. Selon lui, un dollar devrait valoir 175 DA d’ici l’été 2021 pour ensuite chuter à 250 DA pour un dollar sur un horizon de trois à cinq ans. 

L’analyste financier Nour Meddahi livre des perspectives pessimistes pour l’économie algérienne en raison de la pandémie et de l’effondrement des prix du pétrole. La dégringolade de la valeur de la monnaie nationale risque de s’accélérer en raison de l’aggravation des déséquilibres financiers du pays, notamment suite à l’érosion des prix du pétrole.

Pour atténuer un tant soit peu l’impact direct de la crise économique sur le citoyen, l’économiste s’est dit favorable à une dévaluation du dinar. « Au début de l’année, je pensais qu’en termes réels, le dinar était surévalué de 25 %, c’est-à-dire qu’un dollar devrait valoir 160 DA. Avec la crise du Covid-19 et l’effondrement du prix du pétrole, je dirais qu’un dollar devrait valoir 175 DA », a-t-il déclaré dans un long entretien accordé au quotidien Liberté.

Et d’ajouter : « Je pense que 175 DA pour un dollar devrait être l’objectif en termes réels de la Banque d’Algérie. Je suis favorable à ce que cet ajustement soit lissé dans le temps, et que par exemple, il soit atteint d’ici à l’été 2021, ce qui ferait une baisse de 31,4% sur quinze à dix-huit mois ».

Pourquoi l’Algérie doit-elle dévaluer le dinar ?

L’expert en économie et finances étaie sa proposition par, au moins, trois arguments. Il explique d’abord que la baisse du dinar va rendre les importations plus chères, et donc elles vont baisser, ce qui va réduire le déficit externe. « La baisse du dinar va aussi augmenter la fiscalité pétrolière, la fiscalité douanière et les dividendes que va verser la Banque d’Algérie au Trésor, ce qui va réduire le déficit budgétaire, » ajoute-t-il.

« La baisse du dinar va, en outre, favoriser la production locale, au détriment des importations, et aider les exportations hors-hydrocarbures, à commencer par les produits agricoles. Notre pays exporte nettement moins de produits agricoles que nos voisins », conclut-il.

Un dollar à 250 DA dans trois à cinq ans

Nour Meddahi prévoit une chute libre de la valeur de la monnaie nationale sur un horizon de 3 à 5 ans. Selon ses estimations, le dinar pourra perdre presque 100 % de sa valeur actuelle devant le dollar. L’économiste prévoit un dollar à 250 DA sur un horizon de trois à cinq ans. Il estime que « le dinar algérien est surévalué tant que le déficit externe est au-dessus de 3% du PIB »

« Quand je vois les problèmes de l’économie du pays, en particulier le système bancaire qu’il va falloir fortement recapitaliser, le système de retraite qu’il va falloir profondément réformer, et quand je vois les mesures populistes qui sont prises actuellement, alors qu’il reste moins de 60 milliards de dollars de réserves de change, je me dis que l’on ne peut pas éviter un dollar à 250 DA sur un horizon de trois à cinq ans, peut-être avant », a-t-il expliqué.

Lire aussi : Algérie : Un député appelle à changer la monnaie nationale