Les ressortissants algériens bloqués en Espagne seront rapatriés à bord du navire « El Dzair 2 ». Une réunion de coordination a été tenue au port d’Oran entre différentes instances pour l’organisation du rapatriement. Le bateau d'Algérie Ferries effectuera un aller retour à partir du port d’Oran (Algérie) vers le port d’Alicante (Espagne), indique, ce lundi 18 mai, le journal arabophone El Khabar.

Selon la même source, suivant les données récoltées auprès de l’ambassade et du consulat d’Algérie en Espagne, plus de 200 personnes sont bloquées dans différentes régions espagnoles. Les ressortissants algériens seront invités à se rendre dans la ville d'Alicante, au sud de l'Espagne. L’opération nécessitera l’intervention de l’ambassade et du consulat afin d’apporter l'assistance nécessaire aux familles.

Les missions diplomatiques de l’Algérie en Espagne sont instruites de mobiliser tous leurs moyens pour assurer l'assistance et le transport aux ressortissants algériens. Notamment pour les personnes nécessitant une prise en charge totale, comme c'est le cas des 18 jeunes « Harraga » livrés à eux-mêmes dans une usine désaffectée de Valence, précise la même source.

Il faut noter que cette décision intervient suite aux instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, lors de la réunion du Haut conseil de sécurité pour prendre des mesures urgentes afin de rapatrier les ressortissants algériens bloqués à l’étranger.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Tebboune donne des instructions pour le rapatriement des Algériens bloqués à l’étranger

Le président Abdelmadjid Tebboune a donné, lors de la dernière réunion du Haut conseil de sécurité, tenue samedi 16 mai, des instructions pour assurer la prise en charge des ressortissants algériens bloqués à l’étranger. Le chef de l’Etat a chargé le Premier ministre d’élaborer un plan coordonné avec les différents intervenants pour faciliter la réalisation de l’opération de rapatriement.

Abdelmadjid Tebboune a donné des « instructions pour une prise en charge la plus coordonnée possible qui tienne compte des conditions particulières à chaque groupe de citoyens et aussi de l’impératif du respect des conditions sanitaires qui s’imposent en toutes circonstances lors de telles opérations », indiquait le Haut conseil de sécurité dans un communiqué.

Lire aussi : À quand le rapatriement des 3 000 Algériens bloqués en France ?