Le débat sur la régularisation des sans-papiers, notamment les Algériens, reprend de plus belle en France. Un député a relancé le débat en se basant sur une déclaration du ministre français de l'Agriculture, qui s'est plaint d'un manque de main-d'oeuvre dans son secteur.

En effet, le député M'jid El Guerrab a proposé la régularisation temporaire mais renouvelable des étrangers en situation irrégulière en France. Il conditionne, cependant, cette régularisation par une condition claire : détenir une promesse d'embauche ou un contrat de travail dans le secteur de l'agriculture, déclaré en pénurie de main-d'oeuvre.

"300 000 sans-papiers qui souffrent d'une situation terrible avec la boule au ventre. Le ministre de l'Agriculture qui appelle à 200 000 étrangers pour travailler... On ne pourra pas avoir une démarche rationnelle et utile pour notre pays ?", se demande le député dans un tweet.

La régularisation des sans-papiers n'est pas du goût d'un ministre

En fait, cette proposition est une réaction directe à des déclarations du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, qui a posé le problème du manque de main-d'oeuvre dans son secteur. Au début, il a appelé les Français à aider les agriculteurs, notamment après l'appel à l'aide lancé par les exploitants agricoles. Ces derniers ont besoin de bras pour continuer la récolte des fruits et des légumes en France, a, entre autres, affirmé la présidente de leur syndicat.

À lire aussi :  Le Maroc demande à Adidas de retirer le nouveau maillot de l'Équipe d'Algérie

Mais le ministre de l'Agriculture ne montre pas beaucoup d'enthousiasme pour la proposition de M'jid El Guerrab de régulariser les sans-papiers. Pour lui, la France a besoin de travailleurs étrangers déjà formés. "Nous avons besoin de travailleurs étrangers. Il y a des métiers où il faut de la formation. Nous avons besoin de cette main-d’œuvre parce qu’elle vient chaque année", a précisé le ministre.

Ce débat intervient au lendemain de l'adoption par l'Italie de la même mesure de régularisation des sans-papiers, parmi lesquels de nombreux Algériens. En effet, le gouvernement italien a adopté la semaine dernière un décret régularisant de façon provisoire quelque 600 000 étrangers sans-papiers vivant en Italie. Cela pour faire face à la propagation du coronavirus dans le pays.

Lire aussi : France : Cohn-Bendit appelle à la régularisation de 100 000 sans-papiers