Le gouvernement français a rejeté la proposition du député des Français de l'étranger, M’jid El Guerrab, portant sur la régularisation temporaire mais renouvelable de 300 000 sans-papiers, dont des Algériens. L’amendement a été déposé en séance publique jeudi 14 mai, visant à régulariser les sans-papiers souhaitant travailler dans le secteur agricole et disposant d’une promesse d’embauche.

Le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner, a insisté sur les difficultés administratives liées à la mise en œuvre d'une telle proposition. Il conclut qu’il s’agit d’une mesure forte que le gouvernement ne prendrait pas. En dépit des besoins recensés dans le secteur de l’agriculture, déclaré en pénurie de main-d’œuvre à cause du coronavirus, le gouvernement a refusé de donner suite à cette proposition. « Régulariser 300 000 personnes par un simple amendement, ce n'est pas sérieux », avaient réagi, de leur côté, certains parlementaires.

« Vous avez de la demande et vous avez 200 000 à 300 000 sans-papiers. Il faut essayer de faire que tout le monde soit gagné dans cette histoire », a simplement expliqué M'jid El Guerrab. Et d'ajouter que « dans l’objectif de pallier au manque de mains-d’œuvre dans le secteur agricole, je propose de permettre aux étrangers déjà présents sur le territoire national de pouvoir être embauchés au titre d’un travail saisonnier ».

À lire aussi :  Le Maroc demande à Adidas de retirer le nouveau maillot de l'Équipe d'Algérie

M’jid El Guerrab appelle le gouvernement à prendre cette décision forte

Le député d’origine maghrébine a, alors, appelé le gouvernement à prendre cette décision forte car « la période actuelle invite à un changement de paradigme et que la reprise économique demande des décisions fortes », a-t-il déclaré.

M’jid El Guerrab a invité les autorités publiques à ouvrir un grand débat sur la question des sans-papiers en France, « en sortant des postures politiciennes pour penser l’avenir de la France ».

Outre les arguments économiques, le parlementaire français en a appelé  à « l’humanité » du gouvernement. Chose qui n’a pas été du goût de Christophe Castaner qui, au lieu de débattre du contenu de la proposition, a préféré botter en touche.

Christophe Castaner s’agace de la question de M’jid El Guerrab

Le ministre français s’est montré agacé par l’intervention du député des Français de l’étranger. Christophe Castaner s’est dit refuser de recevoir « des leçons d’humanisme ». « L’humanité n’est jamais celle qu’on fait payer aux autres. Elle est aussi personnelle et ne se déclame pas sur un banc », a fait savoir un proche du ministre à l’hebdomadaire Le Point.

Il faut dire que la proposition de la régularisation des sans-papiers en France n’a reçu le soutien d’aucun membre du gouvernement. Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, qui avait récemment appelé à faire venir la main-d’œuvre étrangère pour combler les manques de son secteur, n’a finalement pas montré beaucoup d’enthousiasme pour cette proposition.

À lire aussi :  Invités à exercer en France, un couple de médecins algériens privés de visas

Pour lui, la France a besoin de travailleurs étrangers déjà formés. “Nous avons besoin de travailleurs étrangers. Il y a des métiers où il faut de la formation. Nous avons besoin de cette main-d’œuvre parce qu’elle vient chaque année”, a précisé le ministre.

Lire aussi : France : Cohn-Bendit appelle à la régularisation de 100 000 sans-papiers