Des membres de la diaspora algérienne se sont fixé un grand défi ; celui de monter un concert en soutien aux détenus d'opinion qui croupissent dans les prisons algériennes. Ce concert, programmé pour le jour de l'Aïd El-Fitr, sera monté sur Youtube et verra la participation de plusieurs artistes, selon une information rapportée par le média français Le Parisien. 

Selon la même source, l'idée est partie de San Francisco, aux Etats-Unis où réside Youssef Loldj, un ingénieur de la Silicon Valley. Parti d'Algérie depuis environ 20 ans, il n'a pas oublié son pays. Le mouvement populaire du Hirak lui a redonné espoir, notamment de voir bientôt l'Etat de droit instauré en Algérie.

"Mais ces derniers mois le pouvoir n'a cessé de limiter la liberté d'expression. Je me suis demandé ce qu'on pouvait faire" souligne Youssef Loldj qui a fini par trouver cette idée de concert de soutien aux détenus politiques. L'idée de demander à des artistes pour qu'ils envoient chacun une chanson, histoire de "parler aux détenus et à leurs familles".

Un événement international pour les détenus d'opinion en Algérie

Nedjim Bouizzoul est membre du groupe Labess qui connait le succès au Québec. Il se considère comme un citoyen du monde. Né en Algérie, il s'est installé dans sa nouvelle patrie, le Canada, mais il a aussi vécu en Colombie et séjourne souvent en France. Il a bien entendu décidé de participer avec une chanson dont le thème politique convient pour l'occasion, mais il s'implique aussi dans l'organisation.

À lire aussi :  Allocation touristique : Que peut faire un touriste algérien avec 100 euros ?

Selon Youssef Loldj, le montage de toutes les chansons et musiques se fera au Canada. Cela fera de ce concert de soutien aux détenus algériens un événement international, en termes de participation, mais aussi en matière de production. Les initiateurs font savoir que les artistes Souad Massi, Samira Brahima et Amel Zen ont promis de participer. Cheikh Sidi Bémol également.

"L'opération est ouverte à tout le monde, algérien ou pas. On veut aussi des gens d'ailleurs qui parlent de l'Algérie, on veut rester ouvert sur le monde », précise Nedjim Bouizzoul. Ce dernier compte chanter une chanson "Tmaninatt" qui raconte l'histoire de quelqu'un qui a cru à une nouvelle Algérie dans les années 1980, mais qui a dû s'exiler.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : L’Etat va-t-il libérer les détenus d’opinion ?