Le port du masque de protection contre le coronavirus est désormais obligatoire en Algérie. La décision a été publiée au dernier Journal officiel, paru jeudi 21 mai. Le décret dispose que les contrevenants risquent des peines prévues par le Code pénal.

Quelles sont ces peines prévues par le Code pénal ? Le décret exécutif ne le précise pas. Mais, selon des juristes, le non-respect de cette disposition est considéré comme une violation des lois de la République. Le contrevenant peut être poursuivi, expliquent-ils, pour le délit de mise en danger de la santé d'autrui. Il risque donc une peine de prison et une amende de 10 000 à 20 000 DA.

« Le décret exécutif relatif au port obligatoire du masque est censé préciser les sanctions qui seront appliquées contre les contrevenants », estime l'avocat Boujemaa Gachir, cité par le journal arabophone Echorouk dans son édition du vendredi 22 mai. Ainsi, explique le même avocat, "toute personne qui ne porte pas de masque peut être poursuivie en justice pour violation d'une ordonnance de la République et mise en danger d'autrui. Deux charges qui peuvent entraîner des peines d'emprisonnement et des amendes en fonction de la gravité de la situation".

L'avocat Farouk Kestini a été plus explicite. Il a affirmé au même journal que le contrevenant risque la prison et une amende qui peut aller jusqu'à 20 000 dinars, conformément au Code pénal. Car estime-t-il, il s'agit d'une violation à la loi qui peut nuire à la santé publique.

À lire aussi :  Allocation touristique : Que peut faire un touriste algérien avec 100 euros ?

Le gouvernement y tient

Le gouvernement algérien mise énormément sur cette mesure relative au port du masque pour venir à bout du coronavirus en Algérie. Le décret exécutif publié au Journal officiel dispose que « toute administration, établissement recevant le public, ainsi que toute personne assurant une activité de commerce ou de prestation de services, sous quelque forme que ce soit, sont tenus d’observer et de faire respecter l’obligation du port de masque de protection, par tous moyens, y compris en faisant appel à la force publique ».