Une nouvelle manifestation a eu lieu, ce lundi 25 mai, en Kabylie. En effet, des dizaines de manifestants ont battu le pavé dans la ville de Kherrata, à Bejaïa, pour exiger la libération des détenus politiques. Une marche qui succède à celles organisées récemment à Tizi Ouzou et dans la ville de Bejaïa.

Ainsi, plusieurs dizaines de personnes ont marché dans les rues de Kherrata ce lundi en début d'après-midi, bravant ainsi l'interdiction de sortie durant les deux jours de l'Aïd. Les marcheurs ont revendiqué, entre autres, la libération des détenus politiques et l'instauration d'un Etat de droit.

Berceau du Hirak, la ville de Kherrata renoue donc avec la contestation populaire, après deux mois de trêve, dictée par la situation sanitaire. Les manifestants ont sillonné l'artère principale de la ville en reprenant les slogans du Hirak. Ils ont réclamé avec insistance la libération des détenus politiques et des activistes emprisonnés.

Un routeur du Hirak ! 

Les citoyens ont exprimé, à l'occasion, leur détermination à reprendre le mouvement de protestation populaire, rappelant que le régime en place n'est pas issu de la volonté populaire.

Ainsi donc, après la ville de Bejaïa et Tizi Ouzou, c'est au tour des habitants Kherrata de descendre dans la rue. Beaucoup pensent que le pouvoir profite de la situation sanitaire actuelle pour réprimer ses opposants. Pour eux, le relance du Hirak est impérative.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Pour rappel, depuis début mars, le mouvement de protestation est en arrêt forcé. Parallèlement, la répression s'abat contre les opposants politiques, les journalistes et les médias indépendants, mais également contre les internautes qui affichent leurs opinions sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Kabylie : Nouvelle marche de protestation en guise de soutien aux hirakistes