La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a démenti mardi 26 mai une information diffusée sur les réseaux sociaux selon laquelle 17 000 policiers algériens seraient atteints de coronavirus. La DGSN a indiqué que le contenu de la publication partagée sur Facebook était erronée.

Dans un communiqué laconique rendu public dans la soirée de mardi, la Direction générale de la sûreté nationale dément l’information largement partagée sur les réseaux sociaux. Les auteurs de cette publication prétendent que « 17 000 policiers algériens ont été atteints de coronavirus depuis le début de la pandémie, selon des sources très sérieuses. »

La DGSN a démenti cette énième rumeur qui vise les corps de sécurité en Algérie. Le ministère de la Défense nationale a dénoncé, en début de ce mois, « des propos mensongers et des contrevérités » qui visent à porter atteinte à l’image de l’Armée nationale populaire en profitant de la situation sanitaire.

Le MDN a accusé  « certains porte-voix tendancieux habitués à pêcher en eaux troubles, (qui) tentent de diffuser des propos mensongers et des contrevérités », en lien avec la crise sanitaire du coronavirus que vit l’Algérie.

« Ces parties œuvrent à induire en erreur l’opinion publique et prétendent l’existence d’une exagération dans l’application des mesures préventives contre cette pandémie sur les personnels militaires, en les mettant en confinement loin de leurs familles, et créant ainsi un climat d’indignation parmi les militaires », a expliqué le communiqué du MDN.

« Face à ces allégations mensongères », le ministère de la Défense nationale a démenti « catégoriquement ces calomnies infondées, et affirme que les mesures de prévention prises pour faire face à cette pandémie sont appliquées de manière à prémunir les personnels de nos Forces Armées et leurs familles contre ce dangereux virus ».

Lire aussi : Algérie : La DGSN réagit aux accusations contre les policiers