La France a réagi ce jeudi 28 mai à la polémique qu'a déclenchée le documentaire diffusé sur la chaîne France 5 et ayant provoqué une grosse vague d’indignation parmi les Algériens. L'Algérie avait d'ailleurs décidé de rappeler son ambassadeur à Paris pour « consultations ». Ce à quoi les autorités françaises ont tenu à réagir.

D'emblée, la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll, a indiqué que « l’ensemble des médias jouissent d’une complète indépendance qui est protégée par la loi en France ».

Notons que l'Algérie avait considéré le contenu du documentaire comme une forme d'« attaques contre le peuple algérien et ses institutions, dont l’ANP et sa composante, la digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN) ». Raison pour laquelle le gouvernement algérien a décidé de rappeler son ambassadeur en France pour consultations.

La France respecte « la souveraineté de l’Algérie»

Ce à quoi Mme Agnès von der Mühll a répondu lors de son point de presse quotidien. Elle a ainsi affirmé que la France respectait pleinement « la souveraineté de l’Algérie».

« Dans le cadre des relations profondes et anciennes qui existent entre nos deux pays, et auxquelles nous attachons la plus grande importance, la France respecte pleinement la souveraineté de l’Algérie», lit-on sur le site de la diplomatie française. Et de poursuivre: « Nous entendons, sur cette base, continuer à travailler à l’approfondissement de la relation bilatérale ». Il faut noter qu'il s'agit de la première réaction officielle de la France.

À lire aussi :  L'Espagne recrutera plus de 15 000 saisonnières agricoles au Maroc

Pour rappel, le film-documentaire diffusé dans la soirée de mardi 26 mai sur France 5, titré « Algérie, mon amour », a provoqué un tollé en Algérie. Une grande partie des internautes a considéré l’approche du réalisateur Mustapha Kessous, qui a mis l'accent sur la dimension socioculturelle du Hirak, comme une « diversion » qui ignore les motivations profondes du mouvement populaire.

Lire aussi : Documentaire de France 5 : Les protagonistes témoignent et accusent le réalisateur