La Suisse ouvre ses bras aux étrangers, après plusieurs années de fermeture, particulièrement ceux prétendant au regroupement familial. C'est ce que fait savoir l'Agence de presse suisse ATS, indiquant que la Confédération helvétique a pris certaines mesures dans le but d'assouplir les procédures d'entrée et de séjour des étrangers désireux de s'installer ou d’étudier en Suisse.

C'est le cas des étrangers qui ont l'intention de conclure un mariage avec un Suisse ou une Suissesse ou avec un étranger dont la résidence est légale sur le territoire suisse. "A compter du 8 juin, les demandes d’autorisation de séjour déposées afin de conclure un mariage avec un ressortissant suisse ou un étranger légalement établi dans le pays seront de nouveau examinées par les cantons suisses", précise la dépêche de l'ATS.

Donc, les étrangers titulaires d'un titre de séjour en Suisse peuvent désormais prétendre à un regroupement familial. Aussi, la Confédération helvétique, par le biais de son Conseil fédéral, ouvre ses frontières aux étudiants étrangers qui désirent suivre une formation en Suisse. Aucune condition liée à la nationalité des prétendants ne sera posée, estime-t-on encore.

Les étudiants et les prétendants au mariage concernés par les nouvelles mesures

La dépêche de l'ATS n'explique pas toutes ces mesures, mais il est clair qu'elles sont en rapport avec la crise sanitaire mondiale qui a également touché la Suisse et la fin du confinement que préparent les dirigeants de ce pays européen. D'ailleurs, dans certains cas, la demande d'autorisation pour un travail de courte durée est susceptible d'être traitée même pour les pays non-européens. Leur emploi devant cependant revêtir un intérêt public.

À lire aussi :  Métiers en tension en France : L'Afrique redoute un exode de ses médecins

Par ailleurs, la Suisse compte rétablir la libre circulation avec les pays de l'espace Schengen à partir du 6 juillet prochain. Dans ce sillage, les aéroports de Zurich, Bâle et Genève seront rouverts. Tout cela est cependant conditionné par l'amélioration de la situation épidémiologique, précise également la même source.