L’Algérie compte attirer 25 000 experts algériens établis à l’étranger.  Le secrétaire d’Etat chargé de la communauté nationale et des compétences à l’étranger, Rachid Bladehane a annoncé ce lundi 1er juin, la mise en place d’un portail électronique pour le recensement de ces experts. Le responsable indique que ses services ont entamé les contacts avec des compétences installées en France, au Canada, aux Etats Unis et dans plusieurs pays étrangers.   

Rachid Bladehane a annoncé lors d’une séance plénière avec les membres de la commission des affaires étrangères de l’APN, qu’un espace d’échange entres les experts algériens de la diaspora et des entreprises nationales sera crée dans le but de bénéficier de leurs connaissances dans divers domaines notamment ceux de la médecine, l’économie et des nouvelles technologies.

Une plate-forme web interactive dont l’objectif est la mise en relation d’affaires et d’échanges entre les compétences algériennes de la diaspora et les acteurs nationaux concernés, est en cours d’élaboration

Cette démarche s’inscrit,  selon le secrétaire d’Etat, dans le cadre d’un plan national  qui veut permettre à l’émigration algérienne d’apporter son soutien au développement du pays.  Grâce à son savoir et savoir-faire capitalisés dans différents domaines, la diaspora algérienne pourra contribuer sensiblement, au financement de l’économie nationale.

Une visioconférence avec des experts algériens à l’étranger

Rachid Bladehane  a mis en avant la nouvelle politique des autorités algériennes en direction de la communauté nationale à l’étranger. Elle sera axée sur la mise en place de passerelles de dialogue, l’instauration des relations de confiance pour donner lieu « à des échanges sur les préoccupations de notre élite à l’étranger et les moyens de sa mobilisation dans l’effort du développement de notre pays, »  a indiqué dimanche, un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Pour rappel, le secrétaire d’État au ministre des Affaires étrangères a assisté hier dimanche, à une vidéoconférence organisée par l’Institut national du commerce et de la gestion (INCG) de Sétif, à laquelle ont participé des professeurs et experts universitaires algériens aux États-Unis, Canada et la France.

Lire aussi : L’Algérie compte exploiter les talents sportifs de la diaspora