L'imam de la mosquée Aïcha de Montpellier, dans le sud de la France, a été mis sous contrôle judiciaire pour viol et agression sexuelle. Mohamed Khattabi est accusé d'avoir violé une femme membre de sa famille qui aurait déposé plainte contre lui en décembre 2019, selon le média français La Gazette de Montpellier.

Selon la même source, l'imam, d'origine marocaine, a d'abord été placé en garde à vue la semaine dernière pour les mêmes faits. La jeune femme aurait déposé plainte "pour des faits de viols et d’agressions sexuelles commis alors qu'elle était mineure, sur fond de prétendues pratiques religieuses".

Mohamed Khattabi, qui nie les faits, pourrait être jugé durant ce mois de juin. En attendant, le contrôle judiciaire décidé à son encontre est accompagné d'une interdiction d'exercer. Donc, l'imam montpelliérain de 59 ans devra attendre la fin du procès pour savoir s'il doit pouvoir prêcher de nouveau ou non.

L'imam accusé déjà en 2003 dans le Gard

Selon le même média, l'imam de la mosquée Aïcha de Montpellier a déjà fait l'objet de rumeurs d'agressions sexuelles en 2003. C'était à l'époque où il dirigeait la mosquée Beaucaire, dans le Gard. Il a dû quitter cette mosquée et même le département du Gard. Mais aucune suite judiciaire n'a été donnée à ces rumeurs.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Les médias de l'Hexagone qualifie le violeur présumé d' "imam sulfureux". Probablement suite à sa condamnation pour des faits de fraude commis au préjudice de la Caisse d’allocation familiale et l’administration fiscale. C'est le tribunal correctionnel de Montpellier qui a prononcé cette condamnation en mai 2016, selon la même source.

Sulfureux aussi parce qu'il a "osé" inviter l'islamologue égypto-suisse Tariq Ramadan pour animer une conférence au sein de la mosquée Aïcha. C'était en décembre et Tariq Ramadan était accusé de violences sexuelles. L'invitation adressée par Mohamed Khattabi avait provoqué un tollé qui a finalement conduit à l’annulation de la conférence programmée.

Lire aussi : France : Des extrémistes appellent à expulser un imam algérien