Les cours du pétrole poursuivent leur hausse enclenchée depuis que les activités commerciales ont commencé à reprendre peu à peu après un ralentissement inédit, induit par le coronavirus, ayant provoqué une chute historique des prix du pétrole. Ainsi, en ce vendredi 5 juin, le cours du Brent (référence pour le pétrole algérien) a dépassé les 41 dollars. Tandis que la référence américaine WTI a passé la barre des 38 dollars. Des niveaux jamais atteints par l’or noir depuis le mois de mars dernier.

Le marché pétrolier s'apprête à terminer la semaine sur une note positive. A la mi-journée de ce vendredi (heure algérienne), le baril du Brent de la mer du Nord, pour livraison en août, valait 41,27 dollars, en hausse de 3,20 % par rapport à la clôture de jeudi. Quant à la référence américaine le West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en juillet, elle a gagné 2,49 %, passant à 38,34 dollars.

Notons que les prix de ces deux références de pétrole n'ont pas été aussi hauts depuis trois mois. Les spécialistes attribuent cette augmentation « aux réductions de la production et aux signes d'amélioration de la demande, notamment en carburant » avec le déconfinement progressif des États. C'est ce qu'a expliqué Fiona Cincotta, analyste pour City Index.

À lire aussi :  Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz (contribution)

En attendant la réunion de l'OPEP+

Les yeux seront désormais rivés sur la prochaine réunion des membres de l'OPEP+. L’Algérie avait proposé d’avancer au 4 juin la prochaine réunion du cartel et de ses partenaires, l’OPEP+, prévue initialement les 9 et 10 juin.

Ce conclave se déroulera finalement demain samedi 6 juin. Au cours de cette réunion, il sera question de « discuter de la possibilité d’une prolongation des réductions de la production de brut », a précisé Naeem Aslam, d’Avatrade.