La wilaya de Tizi Ouzou, en Kabylie, a enregistré un bilan lourd en matière de contaminations au coronavirus ces 24 dernières heures. Selon un bilan établi par les structures hospitalières de la wilaya, il y a eu 21 cas de contamination à la covid-19. Un chiffre qui fait peur après plusieurs jours sans nouveaux cas.

Cela relance la polémique en vigueur ces deux dernières semaines autour du fonctionnement du laboratoire de dépistage de l'université de Tizi Ouzou. Le retour des contaminations dans cette wilaya de Kabylie est étroitement lié à la réouverture du laboratoire. Donc, il est probable que les contaminations étaient réelles mais elle n'étaient pas recensées, comme disaient notamment certains membres du personnel médical.

Des membres du personnel soignant du CHU Nedir Mohamed de la ville des genêts auraient été également testés positif au Covid-19. Mais l'enquête n'a pas encore déterminé s'ils ont été contaminés dans l'enceinte de l'hôpital ou à l'extérieur. Comme cet instrumentiste hospitalisé au service des maladies infectieuses contaminé par un membre de sa famille exerçant à Hassi Messaoud, dans la wilaya de Ouargla.

En fait, l'instrumentiste fait partie d'une famille largement touchée par le covid-19. Il fait partie des six nouveaux cas enregistrés au village Levdahi, dans commune d'At Aïssa Mimoun (près de Ouaguenoun) qui s'ajoutent aux trois enregistrés auparavant.

Parmi les nouveaux cas de contamination dans la wilaya de Tizi Ouzou, il y a ces malades qui sont hospitalisés à l'Etablissement public hospitalier (EPH) de Aïn El Hammam. Il s'agit de quatre femmes et une fillette originaires de la commune d'Aït Toudert, dans la région de Ouacif. Trois d'entre elles sont issues de la même famille, selon la même source.

Il faut signaler que les personnes contaminées sont relativement des jeunes. Aucun malade ne dépasse les 60 ans d'âge. Il n'y a que cinq quinquagénaires et trois mineures dont deux fillettes de quatre ans et un bébé de six mois. Ils sont hospitalisés soit au CHU de Tizi Ouzou, soit aux EPH de Tigzirt et Aïn El Hammam.

Lire aussi : Kabylie : Le Covid-19 « ne circule plus » à Tizi-Ouzou