L'Espagne veut que l'Algérie rouvre ses frontières maritimes. En effet, le président-directeur général de l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENMTV), Ahcene Graïria, a révélé, lundi 8 juin au quotidien arabophone Echorouk, que les autorités espagnoles avaient demandé à la compagnie de transport maritime algérienne son programme de croisières entre l'Algérie et l'Europe.

Les Algériens pourraient bien passer leurs vacances estivales en Europe. Le PDG de la société maritime algérienne a indiqué que les autorités espagnoles l'avaient contacté pour lui demander le programme des croisières prévues entre l'Algérie et l'Espagne à partir du 1er juillet.

À partir de cette date, Ahcene Graïria dit avoir reçu des garanties que l'Espagne va lever les mesures de quarantaine pour les Algériens se rendant en terres espagnoles. Ceci témoigne de la volonté des autorités espagnoles de reprendre les liaisons maritimes entre leur pays et l'Algérie. Le même responsable a laissé entendre que l'entreprise algérienne n'attendait désormais que le feu vert des autorités algériennes pour reprendre la vente des billets.

Concernant la France, M. Graïria a indiqué qu'Algérie Ferries attendait les décisions des autorités françaises et algériennes à cet égard. Pour l'heure, souligne-t-il, il n'a reçu aucun signe de la part des autorités françaises, contrairement à l’Espagne.

À lire aussi :  France-Algérie : Prix des vols en septembre 2022 avec ASL Airlines

Les Algériens bloqués en Espagne demandent leur rapatriement

Sur un autre volet, on a appris que des dizaines de ressortissants algériens bloqués en Espagne ont manifesté, dans la matinée de ce mardi, devant le consulat d'Algérie à Alicante, pour inciter les autorités algériennes à les rapatrier en urgence. Un d'entre eux a révélé au journal arabophone El Khabar qu'ils étaient "près de 700 Algériens bloqués depuis longtemps dans la ville d'Alicante".

La même personne a déploré les mauvaises conditions dans lesquelles se trouvent ces Algériens. "Il existe de nombreux patients qui sont venus en Espagne pour un traitement contre le cancer et d'autres maladies et ils se sont retrouvés sans argent. D'autres malades chroniques n'ont pas pu obtenir leurs médicaments non plus. Cela en plus du cas d'une femme enceinte qui a perdu son fœtus ici", a-t-il témoigné.