Le gouvernement algérien a décidé ce samedi 13 juin de lever le confinement pour 19 wilayas et de réduire les horaires de cette mesure pour les 29 autres wilayas, indique samedi un communiqué des services du Premier ministre diffusé via l’agence officielle. À cette occasion de nombreuses activités de transport et de commerce vont reprendre dès ce dimanche.

L'Algérie est à l'heure du déconfinement. En effet, les autorités algériennes ont décidé « d’engager un certain nombre de meures de levée du confinement, au titre de la deuxième phase de la feuille de route qui a tracé le plan de sortie progressive et flexible du confinement », lit-on dans le communiqué du Premier ministère.

Ainsi, à compter du 14 juin 2020, un certains nombres d'activités pourront reprendre leurs travail. À commencer par le transport urbain de voyageurs par bus et par Tramway qui va reprendre ses activités à travers l’ensemble des wilayas du pays. Le communiqué précise que cette reprise est conditionné par les règles de prévention suivantes:

  • Interdire strictement l’accès des voyageurs sans le port du masque de protection
  • Doter les sièges de housses ou films en plastique facilitant les opérations de désinfection
  • Prévoir une paillasse de désinfection
  • Prévoir l’ouverture des fenêtres et autres dispositifs d’aération naturelle
  • Limiter le nombre de voyageurs aux seules places assises
  • Mettre à la disposition des voyageurs des produits désinfectants (gels hydro alcooliques,…)
  • Soumettre le moyen de transport à une opération de nettoyage et de désinfection à la fin de chaque trajet
  • Prévoir des dispositifs de désinfection dans les gares
  • Organiser les impératifs de la distanciation physique au niveau des gares et stations.
À lire aussi :  Paris-Alger à pied : Le jeune algérien arrive bientôt en Tunisie

Concernant le transport urbain par taxis individuel, les autorités ont également fixé les règles de prévention suivantes :

  • L’obligation du port de masque de protection pour le chauffeur et pour le client
  • La mise à disposition d’une solution hydro-alcoolique pour les clients
  • La limitation du nombre de clients à un seul au maximum, sauf dans le cas de personne accompagnée
  • Le client doit se placer du coté droit de la banquette arrière du Taxi
  • Doter les sièges de housses ou de films en plastique facilitant les opérations de désinfection
  • Soumettre le taxi à une opération régulière de nettoyage et de désinfection
  • Le nettoyage systématique des accoudoirs, des poignées de porte et des reposes tête avec un produit désinfectant.

Reprise des certaines activités commerciales, économiques et sociales

Par ailleurs, de nombreuses activités de commerce vont reprendre sur les 48 wilayas de l'Algérie à compter du 14 juin. Il s'agit de :

  • Les salons de coiffure femme
  • La vente d’effets vestimentaires et de chaussures
  • Les auto-écoles
  • La location de véhicules.

« La particularité de l’activité des salons de coiffures nécessite d’organiser cette activité par voie de rendez-vous, de respecter strictement l’obligation du port du masque y compris par le client, la limitation de l’accès au local à deux clients au maximum ainsi que le nettoyage et la désinfection fréquents du local et des instruments et effets utilisés », précise le communiqué. Et d'ajouter que « concernant les espaces de vente de chaussures et d’effets vestimentaires, toutes les mesures sanitaires doivent être observées, notamment : la mise à disposition des gels hydro alcoolique, l’interdiction de l’essayage pour les effets vestimentaires et l’utilisation de sacs en plastiques à usage unique pour l’essayage de chaussures ».

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Enfin, d'autres activités concernées par la reprise ne vont reprendre qu'à travers les dix neuf (19) wilayas concernées par la levée totale du confinement. À savoir :

  • Les débits de boisson en terrasse et / ou à emporter
  • Les restaurants et pizzeria en terrasse et / ou à emporter.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : La crainte d’une deuxième vague