Les Algériens désirant se rendre à l'étranger devront encore patienter. En effet, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué que l'Algérie n'était pas encore en mesure de rouvrir ses frontières. Selon lui, cette décision dépend du bilan du Comité scientifique qui suit l'évolution de la pandémie de coronavirus depuis son début, en Algérie.

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : http://bit.ly/youtub-obs

L'Algérie garde ses frontières fermées pour l'instant. Lors de son entretien périodique avec les médias algériens, vendredi 12 juin, le président Tebboune a indiqué que l'Algérie n'était pas encore prête pour cette éventualité. « Il est encore tôt pour parler d'ouverture de l'espace aérien », a déclaré Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier, se voulant prudent, affirme que la santé des Algériens est la priorité du gouvernement. « Une telle décision est du ressort des spécialistes et devrait tenir compte de la préservation de la santé des citoyens», a-t-il soutenu.

Ainsi, les Algériens attendront encore avant de voir les liaisons aériennes et maritimes, suspendues depuis le mois de mars dernier, reprendre. La décision de l'Algérie intervient au moment où de nombreux pays, à l'instar de la France, ont convenu de la réouverture de leurs frontières. La Tunisie a également annoncé qu'elle était prête à accueillir les touristes, dont les Algériens.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

L'Algérie craint une deuxième vague

Le plan de déconfinement annoncé depuis quelques jours et la reprise des activités commerciales en Algérie avaient fait croire à certains que les autorités allaient ouvrir, en deuxième étape, les frontières. Mais il n'en est rien. « Tant que nous avons encore des décès et que la propagation de la pandémie n'est pas maîtrisée, nous ne procéderons pas à un déconfinement total», tranche le chef de l'Etat. Cette décision concerne aussi « la réouverture des frontières et de l’espace aérien », a-t-il tenu à préciser.

Ainsi, le Président algérien a souligné que le moment n'était pas encore propice à une levée des restrictions au niveau des frontières, « d'autant que plusieurs pays enregistrent toujours des cas d'atteinte et des décès par milliers. C'est pourquoi nous devons être prudents et prendre des mesures pour ne plus avoir une seconde vague de contagion ».

Lire aussi : Date de reprise des vols internationaux : Les précisions d’Air Algérie