Des milliers de ressortissants algériens établis en France sont dans l'expectative. Ils sont suspendus à la décision de la réouverture des frontières afin de programmer leurs vacances au pays. D'autres émigrés, en revanche, ont carrément mis un trait sur l’Algérie cet été à cause de la pandémie qui a faussé leurs calculs.

Ainsi, après l'annonce de l'ouverture, à partir du 1er juillet, des frontières extérieures Schengen de la France, qui abrite la plus grande communauté algérienne à l’étranger, les ressortissants algériens attendent une décision similaire des autorités algériennes pour pouvoir réserver leurs billets et rentrer au pays. Une décision reportée à début juillet par l'Algérie, au grand dam de ses ressortissants à l'étranger.

Cette situation est beaucoup plus pénible pour ceux qui ont l'habitude d'acheter leurs billets des mois avant leur départ. En effet, beaucoup ont réservé à partir du mois de janvier lorsque les prix étaient encore raisonnables. Ils se retrouvent, aujourd'hui, dans l'incertitude et en attente d'une décision politique des autorités algériennes. S'ajoute à cela le manque d'information et de communication au niveau des agences de voyages qui ne peuvent fournir aucune date pour les réservations. Ces agences se retrouvent aussi dans l'attente de la réouverture des frontières pour reprendre leurs activités.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Les agences de voyages risquent la faillite

Ces agences ont cessé de travailler depuis le début du confinement en France (16 mars) et se retrouvent devant le risque d'une faillite qui s'accentue avec le report de la reprise du trafic aérien. Nos émigrés devront aussi composer avec le manque de communication des compagnies de transport aérien.

Ils se plaignent, d’ailleurs, de ne pas avoir des interlocuteurs pour leur expliquer les démarches à suivre . « J’ai essayé de joindre les bureaux de la compagnie Air Algérie à Paris, mais ils sont fermés », révèle une mère de famille, cité pour le Journal Liberté. Elle affirme que son mari aussi avait tenté à plusieurs reprises d’appeler l’agence d’Air Algérie qui se trouve sur le boulevard de l’Opéra, à Paris, sans résultat.

Un autre Algérien témoigne : « Après plusieurs tentatives, un agent m’a répondu pour me dire que les vols vont probablement reprendre le 1er juillet. Les réservations sont d’ailleurs ouvertes en ligne à partir de cette date ». Cette situation a poussé beaucoup d’Algériens à renoncer à leurs vacances et à exiger, pour ceux qui ont réservé, le remboursement de leurs billets. Une opération qui prendra du temps, selon les compagnies aériennes concernées qui affirment qu'au vu du nombre des demandes, elles ne pourront pas satisfaire leur clientèle dans l’immédiat.

À lire aussi :  Paris-Alger à pied : Le jeune algérien arrive bientôt en Tunisie

Lire aussi : La diaspora a transféré 1,8 milliard de dollars vers l’Algérie en 2019