L'Algérie a réduit de 10% le prix du gaz naturel vendu à la Tunisie. C'est le ministère tunisien de l’Energie, des Mines et de la Transition énergétique qui a fait cette annonce, lundi 15 juin, dans un communiqué rendu public sur sa page Facebook. La nouvelle tarification est entrée en vigueur en ce mois de juin, indique la même source.

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : http://bit.ly/youtub-obs

« Un contrat a été conclu entre l'Algérie et la Tunisie pour réduire de 10 % le coût contractuel du gaz naturel », a souligné le communiqué. Le même document précise que cette baisse permettra « à la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) de réduire le coût de la facture d’achat de ce gaz et de proroger les délais de paiement de 15 jours ».

Selon le ministère tunisien de l'Energie, la STEG était en négociation avec la partie algérienne, représentée par la compagnie pétrolière Sonatrach, depuis avril 2018. Les concertations ont pris fin en ce mois de juin, avec ce nouveau contrat conclu entre les deux parties et qui court jusqu'en 2023.

Nouveau contrat jusqu'à 2030

Le département ministériel tunisien fait savoir que la quantité du gaz naturel convenue, évaluée à 2,500 milliards m3 annuellement, sera maintenue de 2020 à 2025. La même quantité sera augmentée pour la période 2026-2029 à trois milliards m3. Elle passera à onze millions m3 quotidiennement pendant les mois de juillet et août.

A rappeler que, fin mars dernier, le ministre de l’Energie tunisien, Mongi Marzouk, avait révélé qu’il s’était entretenu avec son homologue algérien, Mohamed Arkab, sur la nécessité d’accélérer le renouvellement du contrat de l’approvisionnement de la Tunisie en gaz naturel. Mongi Marzouk avait rappelé, à l'occasion, que le gaz algérien représentait 2/3 de la consommation tunisienne en gaz naturel.

Il faut noter que le précédent contrat entre l’Algérie et la Tunisie n’est plus en vigueur depuis décembre 2019. C’est pourquoi les autorités tunisiennes avaient insisté sur la nécessité d'en conclure rapidement un autre.

Lire aussi : Marché espagnol de gaz : L’Algérie surclassée par les États-Unis et la Russie