La reprise des liaisons aériennes en Algérie n'est pas prévue dans l'immédiat. Le ministre des Travaux publics et des Transports, Farouk Chiali, a indiqué, ce jeudi 18 juin, qu'il était impossible de reprendre les vols sans l'avis favorable du Comité scientifique chargé de surveiller la pandémie de coronavirus en Algérie.

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : http://bit.ly/youtub-obs

Interrogé par le média local Ennahar, le premier responsable des secteurs des travaux publics et des transports a déclaré, ce jeudi, que la reprise des vols en Algérie dépendrait de l'amélioration de la situation sanitaire dans le pays. Selon lui, cette possibilité ne peut être envisagée sans une baisse du nombre de contaminations et de décès causés par la Covid-19.

Farouk Chiali a également fait savoir que le dernier mot dans cette décision allait revenir au président Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier avait aussi déclaré, vendredi 12 juin, que l’Algérie n’était pas encore prête pour ouvrir ses frontières. « Il est encore tôt pour parler d’ouverture de l’espace aérien », avait-il affirmé. Se montrant prudent, Tebboune avait soutenu qu'une telle décision était « du ressort des spécialistes et devrait tenir compte de la préservation de la santé des citoyens».

Air Algérie et les compagnies de transport vont bénéficier d'aides de l'Etat

Par ailleurs, le ministre des Transports a abordé les pertes colossales enregistrées par les compagnies publiques et privées de transport, à l'instar d'Algérie Ferries et d'Air Algérie. Il a ainsi révélé que le gouvernement algérien avait entamé une étude qui va permettre d'établir des rapports détaillés sur la situation financière réelle de ces sociétés. Le PDG de l'organe exécutif du ministère des Transports décidera ensuite des compensations, selon l'ampleur des pertes.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Pour rappel, le porte-parole d'Air Algérie, Amine Andaloussi, avait fait savoir que « quelque 17 620 vols d’Air Algérie ont été annulés, que ce soit pour les lignes intérieures ou extérieures », depuis la suspension du trafic aérien le 18 mars. Cela a engendré « des pertes de 38 milliards de DA sur le chiffre d’affaires des vols passagers, un montant qui atteindrait les 89 milliards de DA d’ici à la fin de l’année », prévoit le porte-parole de la compagnie.