La Commission européenne somme les pays membres de l’Union européenne (UE) de reprendre les opérations de délivrance de visas à l’étranger. La Commission européenne a affirmé que la réouverture progressive des frontières permettra aux ressortissants des pays tiers dont les Algériens d’entrer en Europe, et ce, à partir du 1er juillet prochain, indique le média Schengenvisa.

Selon la même source, la Commission européenne a recommandé aux Etats membres de l’UE d’entamer le processus de délivrance des visas Schengen. Elle appelle à la reprise des opérations à l'étranger et en Algérie. Ainsi, les ressortissants des pays tiers dont les Algériens auront la possibilité de formuler leur demande.

En effet, les recommandations appellent à « la reprise des opérations de visa qui doivent être synchronisée » avec la levée des restrictions de voyages aux frontières extérieures de l’UE. « Les principes directeurs de ce processus sont énoncés dans la communication de la Commission sur une troisième évaluation de l'application des restrictions temporaires aux voyages non essentiels vers l'UE », affirme la Commission.

La reprise des opérations de visa doit être synchronisée dans les pays tiers, y compris en Algérie

Par ailleurs, la Commission européenne soutient qu’ « il est de la plus haute importance pour les Etats membres de reprendre les opérations de visa de manière coordonnée et harmonisée dans chaque pays tiers », y compris en Algérie. La reprise se fera « parallèlement à l’assouplissement des restrictions aux frontières extérieures et à la reprise progressive des liaisons internationales », précise la Commission.

À lire aussi :  L'immigration tire-t-elle réellement les salaires vers le bas ?

Les points clés des recommandations de la Commission européenne :

  • Dès que les restrictions de voyage sont levées pour un certain pays, tous les États membres devraient reprendre les opérations de visa dans ce pays particulier.
  • Les services de visas minimaux devraient rester accessibles aux personnes classées comme «voyageurs essentiels», même si des restrictions générales de voyage restent en place.
  • En cas de capacité de traitement des visas limitée, la priorité devrait être accordée aux demandes des voyageurs essentiels et des travailleurs clés.
  • Dans la mesure du possible, les États membres devraient s'engager à reprendre les opérations simultanément dans chaque lieu et à reprendre la pleine représentation des autres États membres en matière de visas, le cas échéant.
  • Les États membres doivent continuer d'appliquer les règles générales du code des visas lors du traitement des demandes et de l'octroi des visas.
  • Les contrôles de santé pour la demande de visa sont inefficaces et ne devraient pas être imposés, car les demandes ont lieu au moins 15 jours avant le voyage prévu et peuvent aller jusqu'à six mois avant (neuf mois pour les gens de mer).

Lire aussi : Délivrance des visas France pour les Algériens : Les étudiants seront prioritaires