L’Union européenne veut durcir davantage les contrôles aux frontières extérieures pour les étrangers, dont les Algériens, en centralisant les données biométriques de 400 millions d’individus d’ici 2022. Ainsi, empreintes digitales et photos des ressortissants européens et non-européens qui franchissent les frontières de l’espace Schengen seront enregistrées, indique l’Union européenne dans son communiqué.

Selon la même source, l’objectif final de la centralisation d’informations est d’améliorer « l’échange de données entre les systèmes d’informations de l’UE pour gérer les frontières, la sécurité et les migrants ». Une démarche qui permettra de faciliter la récolte d’informations sans passer par de nombreuses bases de données, telles qu'« Eurodac » pour identifier les demandeurs d’Asile, ou VIS, système d’information sur les visas, afin de procéder à la vérification de l’identité des ressortissants étrangers, dont les Algériens.

Un système qui remplacera le cachet sur les passeports

Le système remplacera le cachet sur les passeports. Il permettra d’enregistrer la date, le lieu d’entrée et de sortie des ressortissants étrangers, dont les Algériens, avec une durée de séjour limitée à 90 jours. La base de données biométriques tiendra une place centrale dans le nouveau système européen d’entré/sortir ESS mis en place aux frontières de l’UE. Par ailleurs, ce système donnera accès aux informations sur les personnes à partir de leurs nom, empreintes digitales ou photo. Ainsi, les forces de l’ordre, les douanes et les autorités judiciaires pourront s‘appuyer sur ces données dans leurs recherches.

À lire aussi :  Corsica Linea annonce une perturbation des traversées vers l'Algérie

A noter que Statewach, une ONG qui surveille les Etats, la justice et les affaires intérieures JIA, la sécurité et les libertés civiles dans l’Union européenne s’est prononcée contre ce projet. En effet, l’ONG a mis l’accent sur le respect de la vie privée, mais sur des inconvénients liés à la sécurité. Le fichier pourrait « faciliter le travail » des personnes malveillantes et autres puissances étrangères. La centralisation des données risque aussi de poser problème en cas de faille de sécurité ou bug.

Lire aussi : VFS Global annonce la reprise de la délivrance des visas France pour les Algériens